Les Carnets de Douglas de Christine Eddie

9782253129752

Salut mes chasseurs de livres! Aujourd’hui je vous présente Les Carnets de Douglas de Christine Eddie. Quand je rentre chez mes parents j’essaie de lire un des livres de la partie de ma PAL qui est restée là-bas, il m’en reste 42 donc je peux encore rentrer un paquet de fois! Toujours est-il que ce weekend je me suis laissée tenter par ce livre là. Je l’ai acheté il y a plus d’un an mais son format court m’a enfin fait craquer et je ne regrette pas! C’est un livre qui se lit très bien et avec plaisir. Christine Eddie nous y raconte l’histoire de Romain qui, à dix-huit ans, décide de fuir sa famille de richards et son destin d’héritier de la fortune paternelle. Il choisit alors de s’installer au fin fond d’une forêt à Rivière-aux-Oies. Elena fuit elle aussi une famille oppressante et un passé tragique. Tous les deux vont se trouver au milieu de nulle part et apprendre à ne plus fuir.

Les personnages de ce roman sont très attachants. Romain, qui devient vite Douglas, est tendre et délicat mais surtout incompris. Et le comprendre c’est le rôle d’Elena, qui malgré un passé des plus sombre est la lumière de ce roman. Elle virevolte et apporte de la joie tout autour d’elle! Il y a aussi d’autres personnages qui apparaissent tout au long du roman, et ils ont un rôle important à jouer dans le livre. Car il ne faut pas croire que Les Carnets de Douglas ne nous parle que d’une simple histoire d’amour. D’ailleurs j’ai presque été déçue que Romain, Elena et leur relation ne soient pas explorés plus en profondeur, ils le méritaient. Et j’aime beaucoup l’évolution de Romain qui a un petit côté Alexander Supertramp (cf. Into the Wild de Jon Krakauer).

L’histoire m’a beaucoup surprise car je ne m’attendais pas à ça. Surtout vers la moitié du roman, rien ne m’y préparais et pourtant l’auteure prend un virage très serré et chamboule tout! Ce qu’elle propose est plus recherché que ce que j’avais supposé et elle tise alors son histoire entre tous les personnages. J’avoue que je me sens encore déstabilisée, j’ai du mal à faire la part entre ce que j’attendais et ce que j’ai trouvé dans le roman, qui est finalement bien plus sombre que ne le laissait présager le résumé. Mais malgré ces ombres j’ai aussi trouvé beaucoup de réconfort dans ce roman qui m’a projetée dans la nature et la forêt canadienne (même si pour une raison que j’ignore, je suis restée persuadée que l’action se passait en France!). C’est aussi une histoire d’amour, l’amour du couple, mais aussi l’amour filial et l’amour tout court, celui qui pousse à l’entraide. L’auteure nous propose aussi une critique assez acide de la société consumériste et de toutes ses tracasseries inutiles, sans en faire trop elle nous montre que la simplicité devrait guider nos vies.

Au final j’ai bien aimé ce livre, qui de par son atmosphère m’a fait penser au roman de Jocelyne Saucier, Il Pleuvait des Oiseaux (mais ce dernier reste mon chouchou!). L’auteure écrit merveilleusement bien mais je pense qu’elle aurait pu creuser un peu plus ses personnages et son histoire, qui du coup ne me laissera qu’une trace légère en tête. Cela dit j’ai vraiment passé un bon moment et je crois que vous pourriez aussi aimer ce livre.

J’espère que cette chronique vous a plu et n’hésitez pas à partager votre avis!

Bonne lecture!

Publicités

8 réflexions sur “Les Carnets de Douglas de Christine Eddie

  1. Pingback: Bilan de Février | La tête en claire

  2. Pingback: Mes obsessions Thématiques #1 : Les grands espaces Nord-Américains | La tête en claire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s