Bordeterre de Julia Thévenot

Et oui, qui dit « confinement » dit « j’ai du temps pour lire des grosses briques » ! Tout le monde s’emballe pour la récente sortie de Bordeterre alors j’ai voulu voir de quoi il en retournait. Et j’enfile mes petits gants pour attraper mes pincettes, car je sais que Julia, l’autrice de ce roman, mais aussi la géniale créatrice du blog Allez vous faire lire, risque fortement de tomber sur cet article. Il nous est déjà arrivé d’échanger quelques mots et surtout, elle m’a dédicacé mon roman avant qu’il parte de chez Sarbacane, alors oui, j’ai la pression ! Mais je vais m’efforcer d’être aussi honnête que pour toutes les œuvres dont je ne connais absolument pas les créateurs. Dans tous les cas, merci à la team Sarbacane pour ce SP et merci Julia pour ton roman et la dédicace ! Bordeterre, kézako ? C’est l’histoire d’Inès et Tristan qui Débordent. Un peu comme l’eau bouillante hors de la tasse de thé du matin quand on n’a pas arrêté de verser de l’eau parce que notre cerveau est encore au lit. Du coup, ils se retrouvent à Bordeterre, un monde qui repêche ceux qui ont Débordé du nôtre.

Pour commencer, je dois avouer qu’à l’annonce de cette sortie, j’étais super excitée, mais une fois la date passée, j’ai vu des chroniques dithyrambiques et j’ai commencé à avoir peur. Pour moi comparer un roman a du Bottero, c’est une erreur magistrale, car c’est placer une barre qui est tellement loin qu’elle en devient un horizon d’attente après lequel on peut courir, mais qu’on ne rejoindra jamais. Et du coup, je m’en veux de ne pas en avoir profité pour le lire avant sa sortie. En effet, si ce roman est bon et même très bon, il n’a pas passé la barre de mes attentes et je déteste quand je me fais ça. Je me force à me dire que je ne dois pas en attendre plus que n’importe quel autre roman, mais je n’y arrive pas. Autre problème, lire cette grosse brique en plein confinement était une semi-bonne idée, c’était bien, car je l’ai englouti en deux jours, mais moins bien parce que c’était beaucoup d’un coup. Bref, maintenant que je vous ai présenté l’état d’esprit qui était le mien pour cette lecture, je vais vous parler du bestiau en lui même !

En lisant ce roman, j’ai totalement ressenti une proximité entre les lectures de l’autrice et les miennes, un imaginaire commun. J’y ai trouvé un peu de l’ambiance de La Passe-Miroir. J’ai retrouvé l’idée des chansons populaires magiques de Carry On, et il y a tout un tas de petits je-ne-sais-quoi qui m’ont fait penser à plein de mondes imaginaires qui logent dans mon crâne. C’est à la fois une bonne chose et une moins bonne chose. D’un côté, c’est un monde vraiment riche et qui parle à une forme d’imaginaire collectif. En plus, c’est un univers qui a aussi sa singularité, qui est complexe et extrêmement bien construit. Mais de l’autre, il me manquait un petit micromètre pour franchir la ligne d’un univers inoubliable (on en revient à mon horizon d’attente trop grand devenu inatteignable) un truc qui fasse LA différence.

Parlons maintenant des personnages, Bordeterre est une très belle mosaïque avec ces deux personnages principaux, mais surtout tous ces personnages secondaires fantastiques qui forment une vraie belle toile riche et complexe. J’ai bien aimé Tristan et Agnès qui forment un très bon duo frère/sœur, mais je crois que j’ai encore plus aimé tous ceux qui font d’eux les héros de cette histoire. Quand je parle de mosaïque, ce n’est pas pour rien, la saveur de ce roman est vraiment dans le grand tout et pas tant dans les petits carrés séparés. J’ai aimé sincèrement et fortement ces personnages, mais je n’ai pas été retournée. C’est encore un mini regret créé par cet horizon d’attente. Il m’a manqué cette étincelle qui, dans les romans comme ceux de Bottero, nous fait oublier que ces êtres de papier ne sont pas nos amis, nos proches, des personnes qui font jaillir nos rires et nos larmes.

En bref, vous l’aurez compris, ce roman est un TRÈS bon roman, mais je ne l’ai pas lu dans le bon état d’esprit. Et je le sais, car je me vois totalement le recommander à la librairie, je me vois vanter son atmosphère si réussie et si particulière, mais ce n’était pas le choix parfait à l’instant T pour moi. En tout cas, j’ai lu l’article de Julia sur l’art de parler des livres quand on fait partie de ce petit milieu, et ça m’a permis de décomplexer un peu et de relativiser !

Et vous, avez-vous réussi à mettre vos mimines sur un exemplaire avant le début du confinement ? Je suis très curieuse d’avoir vos avis !

Je vous fais un check de coude par balcons interposés et je vous dis à bientôt !

17 réflexions sur “Bordeterre de Julia Thévenot

  1. J’ai dû vivre dans un igloo pendant quelques temps parce que je ne savais pas que Julia avait publié un livre et je n’ai pas vu de critiques à son sujet (avant la tienne).
    Je te félicite pour ton honnêteté, ce n’est jamais évident mais c’est nécessaire pour les lecteurs du blog.
    J’ai tout de même très envie de découvrir ce pavé ! Je le rajoute à ma liste 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour cette chronique ! J’ai aussi vu passer des avis dithyrambiques sur ce livre pendant tout le confinement et étant une adepte du blog « Allez vous faire lire », j’avais très envie de le lire mais j’avais également peur d’être déçue… Ton article me permet de revoir un peu mes espérances à la baisse tout en confortant mon envie de lire ce roman et je pense que mon expérience de lecture n’en sera que meilleure !! 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Pingback: C’est le premier, je fais le bilan ! Mars 2020 | La tête en claire

  4. Mais tu as complètement raison d’avoir été honnête !!! Je suis infiniment heureuse que tu l’aies lu et qu’il t’ait plu.
    Et je comprends complètement le problème des attentes disproportionnées. Une plaie d’Égypte a minima. J’ai horreur qu’on me survende un roman.

    J’aime beaucoup la métaphore de la tasse de thé pour parler du Débordement ❤
    Biz

    Aimé par 1 personne

    • Ça reste toujours gentiment terrifiant de savoir une chronique lue par l’artiste, alors j’ose même pas imaginer ce que ça doit être pour toi de voir passer tout un tas de chroniques x)
      Merci de ta compréhension face ce à cette plaie d’Égypte ;D
      Toujours au service de l’humanité (a minima) pour une bonne comparaison ou une métaphore (sachant que les meilleurs comparaison sont celles qui font réf à Harry Potter mais on peut pas faire un perfect à tous les coups x) )

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s