La Route froide de Thibault Vermot, illustré par Alex W. Inker

Me voici, me voilà, de retour avec mes gros sabots, pour vous parler de la dernière nouveauté Sarbacane : La Route froide de Thibault Vermot, illustré par Alex W. Inker. Je n’ai pas pu résister à l’alléchante proposition. En même temps, peut-on me blâmer ? Comment résister à l’appel d’un roman illustré, qui plus est un Sarbacane ? Bref, je me suis lancée là dedans sans vraiment savoir de quoi ça causait, et je préfère autant vous prévenir, ce n’est pas un roman à lire dehors un jour froid, vous risquez de geler sur place ! Suivez mes conseils et lisez-le sous la couette avec un bon thé (ou tout autre breuvage chaud qui a vos faveurs, le vin chaud marche aussi). Dans ce roman, on suit Jonas, exilé en plein milieu du Yukon sur un coup de tête de ses parents. Un matin, il part se balader dans la neige. Ce qui devait être une petite randonnée sympa vire à la lutte pour sa survie…

On retrouve bien l’hommage à Jack London. Nature sauvage, grands espaces, lutte pour survivre, chien fidèle : tout y est pour faire un bon mélange de roman du Grand Nord ! J’ai beaucoup aimé retrouver cet esprit brut et sauvage où l’être humain est poussé jusqu’au bout de ses retranchements, à la limite de l’animal. D’autant plus que Jonas est jeune (13 ans), ce qui rend sa lutte d’autant plus difficile, il se bat comme il peut et il fait parfois des erreurs que seuls des trappeurs avisés auraient su éviter. C’est vraiment le bouquin qu’on lit en hiver, bien au chaud, pour s’évader et s’imprégner d’immensités blanches dans le confort de sa couette. 

Vous ne le savez peut-être pas, mais j’adore les romans illustrés ! Je trouve même dommage qu’il n’y en ait pas plus, car pour moi, ça renforce l’expérience de lecture. Ici, le dosage est bien mené, il n’y a pas des masses d’illustrations, mais le style d’Alex W. Inker est vraiment fort. Je n’accroche pas trop à sa façon de représenter les visages, mais j’admire la force de son style en noir et blanc et surtout la richesse et le soin apporté aux décors et à l’atmosphère. Je trouve qu’on ressent bien l’ambiance globale de La Route froide. 

Au final, ce n’est pas un coup de cœur, car je n’ai pas ressenti d’empathie spécifique pour le personnage. Mais j’ai vraiment apprécié ma lecture qui m’a donné envie de me replonger dans divers récits qui se déroulent dans le Grand Nord canadien !

Qui a déjà lu La Route froide ? Je suis curieuse de savoir ce que vous en avez pensé ! 

Bonne semaine à toutes et tous !

4 réflexions sur “La Route froide de Thibault Vermot, illustré par Alex W. Inker

  1. Pingback: C’est le premier, je fais le bilan ! Novembre 2019 | La tête en claire

  2. Pingback: #PartageTaVeille | 17/11/2019 – Les miscellanées d'Usva

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s