Sauvage de Jamey Bradbury

Je suis une grande admiratrice du travail de la maison d’édition Gallmeister. Et pourtant je n’ai pas lu tant de leurs livres que ça. Mais certains m’ont marquée très profondément, notamment Dans la forêt de Jean Hegland qui est un vrai chef d’œuvre selon moi. J’ai retrouvé un sentiment de lecture similaire avec Sauvage, celui de savoir qu’on est en train de lire une œuvre spéciale, magistrale, tout en ne sachant pas vraiment si on aime ou pas le roman. Ici, on découvre Tracy, une adolescente atypique, elle vit en Alaska avec son père et son petit frère. Elle ne vit que pour la nature sauvage et pour devenir une grande musher (dresseuse de chien de traîneaux).

Ce qui est très bizarre avec ce roman c’est son petit côté fantastique, mais un fantastique façon Poe. Là où la part de surnaturel est si tenue qu’on se demande si c’est une hallucination ou une réalité. J’ai adoré cette atmosphère incertaine, mais ce qui est le plus marquant, c’est cette immersion dans la vie sauvage du Grand Nord. Je lisais tranquillement chez moi ou dans la chaleur des transports en commun en plein été et pourtant, je sentais le froid, la neige, les odeurs, la nature, la vie sauvage. Soit absolument tout ce que j’aime. Cette sensation qu’on n’éprouve normalement que lorsqu’on se retrouve soi-même en plein milieu de la nature sauvage au détour d’une randonnée. C’est l’essence même du nature writting et c’est pour ça que j’aime bien me tourner vers des romans Gallmeister car ils trouvent toujours des artistes incomparables avec des plumes sans pareilles. 

Je dois avouer qu’au départ j’ai surtout été conquise par la couverture et j’ai décidé de me lancer sans lire le résumé. Ce roman est une mine de surprises, déjà l’héroïne est une adolescente ce qui est rare en littérature adulte, et surtout il y a de nombreux sujets abordés qui ont vraiment su me parler ! Je ne veux pas vous révéler le contenu de ces éléments car la surprise est trop appréciable, mais je peux vous parler un peu de Tracy et de sa famille. Une famille monoparentale avec un homme c’est déjà peu commun et j’ai aimé le portrait fait du père qui fait ce qu’il peut pour ses enfants même s’il ne s’est jamais complètement remis du décès de sa femme. J’ai aimé le petit frère aux antipodes du cliché du petit garçon qui adore embêter sa sœur et surtout, j’ai adoré Tracy. Forte tête, elle a une attitude animale et elle nous embarque avec elle dans son envie féroce de forêt. C’est un personnage unique qui m’accompagnera sûrement encore longtemps ! Et il y a Jesse aussi, mais c’est à vous de le découvrir…

Par contre, il y a un point un peu moins positif, mais qui n’est pas vraiment négatif pour autant, c’est le côté très polar du roman. Je ne m’y attendais pas vraiment et n’étant pas une lectrice de romans noirs, j’ai été un peu déroutée par certains passages assez sombres. Mais pour le coup ce n’est pas un défaut du roman c’est plus un défaut de lectrice car je suis peut-être un peu trop habituée à certains styles…

En bref, même si la fin m’a déstabilisée, c’est un roman absolument fabuleux. Avec une plume ciselée à la perfection, une héroïne comme j’en connais peu et où tout est à sa place. Un vrai chef d’œuvre et surtout un voyage littéraire d’une rare perfection, qui ne transporte pas seulement l’esprit, mais aussi le corps, qui se met à vivre au rythme des mots.

Si vous êtes aussi un Gallmeister addict, je prends les recommandations ! J’ai dû lire quelque chose comme 4 ou 5 romans donc il m’en reste encore beaucoup à découvrir. Qui a déjà lu Sauvage ou compte le lire ?

Bonne fin de dimanche et à très vite !

11 réflexions sur “Sauvage de Jamey Bradbury

  1. Pingback: Sauvage, Jamey Bradbury – Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

  2. Pingback: C’est le premier, je balance tout #11 (sep.19) – Alberte Bly

  3. Boooooon, tu le sais déjà mais JE COMPTE EVIDEMMENT LE LIRE ! Comment te dire que ta chronique renouvelle cette envie ? haha
    En aout je devrais lire Dans la forêt de Hegland dans une LC avec Déjeuner sous la pluie donc je ne vais pas lire ta chronique pour ne pas être influencée (positivement je suis sure!!) juste avant de commencer le bouquin mais j’irai la lire quand j’aurai publiée la mienne, sois en sure !

    Je partage tout à fait ton amour des grands espaces et des récits de Nature Writing qui les magnifient, si tu approfondie ce genre je serai ton public number one parce que :
    – J’adore ce genre de récits
    – Parce que moi aussi je veux mieux connaître les éditions Gallmeister et qui sait, tu seras peut être une autre de mes prescriptrices Gallmeister hihi

    Merci pour cet article en tout cas, il me donne très très envie de sauter sur ce livre dans ma bibliothèque ! *0*

    J'aime

      • Yes, j’espère réussir à en faire une chronique, souvent c’est au dernier moment que je me décide x)
        Trop trop cool, je suivrai ça de près 😉

        Franchement là je suis vraiment ultra enthousiasmée des deux articles que j’ai lu sur ton blog ce matin, ça me donne envie de lire du nature writing comme une ouf!! Vivement l’automne, c’est THE saison pour ce genre de lectures c’est moi ! (la mono-obsession saisonnière ahaha)

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s