Toffee Darling de Joanne Richoux

Depuis que j’ai eu un foudroyant coup de cœur pour Les Collisions de Joanne Richoux, j’ai envie de suivre avec attention son parcours. Alors quand j’ai vu que Sarbacane sortait un nouveau roman de l’autrice, forcément, je n’ai pas pu résister à la tentation de le demander ! D’ailleurs encore merci l’équipe de Sarbacane ❤ Par contre, je me suis plongée dans ce roman pleine d’enthousiasme, mais ce n’est pas le coup de cœur auquel je m’attendais. Et je dois avouer que j’en suis bien embêtée, car je sais que l’autrice est très présente sur les réseaux et qu’elle traque pas mal les chroniques… J’ai un très grand respect pour les artistes et je trouve ça toujours dur de faire une chronique quand je suis un peu déçue. Mais je vais m’efforcer d’être constructive en vous expliquant pourquoi ce roman n’a pas marché pour moi. Toffee Darling, c’est l’histoire de Viviane, Jérôme et Kathleen dans les années 1960. Les deux premiers vivent une vie de couple qui ne les rend plus heureux et la troisième parcourt le monde comme un pistil de pissenlit. Leur rencontre va les amener sur les routes d’Amérique. 

J’ai beaucoup réfléchi au pourquoi du comment ce roman ne m’a pas plu autant que je ne l’aurais voulu, et la première raison c’est que ce roman fonctionne comme un puzzle. L’ensemble est bien monté, tout s’emboîte pas mal, mais au final le rendu reste une version fragmentée de l’image qu’il dépeint. On voit les rainures entre les paragraphes, et il reste cette impression bizarre que tout est là et pourtant pas tout à fait. Chaque interstice crée un micro vide, comme une lacune, et page après page ça a créé en moi un effet de mise à l’écart par rapport au texte.

Mon image mentale qui apparait quand je lis « Cole Sprouse »

En fait, il y a un grand écart qui s’est créé entre mes attentes et le texte. Dans les dédicaces, Joanne Richoux cite Cole Srpouse comme inspiration de Jérôme. Quand j’ai lu ça, j’ai commencé à fantasmer direct sur le personnage, mais il n’est pas aussi foudroyeusement sexy et rebelle que je ne l’avais imaginé à l’évocation de l’acteur. À un autre moment, les personnages croisent l’illustre Neal Cassady, mon cerveau invoque alors des images de Sur la route qui est mon équivalent personnel de la bible. Or, l’apparition de Neal n’est pas exploitée, c’est juste un prétexte pour planter le décor. En plus, cette apparition m’a donné envie de retrouver la folie et les écorchures des Beats de la bande de Kerouac, et je n’ai pas retrouvé cet esprit dans Toffee Darling. Les personnages de Viviane et Kathleen ne m’ont pas vraiment touchée non plus, comme si elles étaient derrière une vitre que je n’arrivais pas à franchir. Et pourtant la dynamique entre ces trois personnages est vraiment bonne.

Est-ce que je crève d’envie de relire Sur la route maintenant? Oui.

Autre point qui m’a dérangé, les nombreuses références qui sont faites au cours du roman. Elles se présentent un peu comme de micros hommages à cette époque pleine de vie, mais je les ai vécues comme un rappel incessant à la réalité. Moi je voulais m’évader follement dans ce roman, fuir le réel, et chaque nouvelle référence (un personnage historique qui apparaît comme un caméo, une anecdote historique) me ramenais vers la réalité. En fait, mon ressenti, c’est que ce roman oublie de vivre pour lui même. Son ancrage dans le monde réel l’empêche de se libérer. Comme si le mélange de la fiction et du réel avait échoué.

Avec moi, la mayonnaise n’a pas pris, mais je comprends carrément l’enthousiasme de certaines chroniques. Ce roman a de vrais points forts : son cadre fou d’une Amérique en ébullition, des personnages qui sauront sûrement vous toucher plus que pour moi, et aussi une petite touche de mélancolie et un petit je ne sais quoi qui a su me plaire malgré ce que j’ai dit avant. Je ne peux que donc vous conseiller de vous faire votre propre avis ! De mon côté je vais continuer de suivre Joanne Richoux en attendant mon prochain coup de cœur du niveau des Collisions.

Qui a déjà lu ce roman ou compte le lire ? Donnez votre avis en commentaire qu’on puisse en discuter !

Bon week-end !

4 réflexions sur “Toffee Darling de Joanne Richoux

  1. Pingback: Fraternidad de Thibault Vermot | La tête en claire

  2. Pingback: C’est le premier, je fais le bilan ! Avril 2019 | La tête en claire

  3. est-ce du manque de respect de dire qu’on n’a pas aimé une oeuvre, quand on exprime poliment son ressenti? à mon sens ( et au tien je crois ) non. je ne connais pas cette auteure, je jetterai un oeil; je comprends tes réticences par rapport aux références multiples, je ressens souvent ça dans des films. trop c’est trop! voyager comme un pistil de pissenlit, tu es l’auteure de cette expression??? tes images me font souvent sourire, merci!

    J'aime

    • C’est vrai que je ne pense pas que ce soit un manque de respect mais je comprends qu’un auteur puisse se sentir blessé en lisant un avis négatif alors qu’il a mis énormément de temps et d’énergie dans son texte 😅 Haha oui J aime bien créer des comparaisons des fois 😊 Merci !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s