[Film] Five Feet Apart

De temps en temps, j’aime faire revivre l’ado sensible en moi (ça ne représente pas beaucoup d’efforts, vu que c’est environ 95% de ma personnalité de jeune adulte), en allant voir un bon drame romantique garanti 100 % larmes. Alors quand je suis tombée sur la bande-annonce de Five Feet Apart sur YouTube je me suis dit que c’était un film pour moi. Et là, ô, grand hasard, j’ai réalisé que le film passait en ce moment même dans les salles nord-américaines ! En général les bandes-annonces que je découvre sur YouTube sont souvent pour des films qui ne sortent pas en France où qui sont déjà sortis et pour une fois c’était un film encore à l’affiche ! Ni une ni deux, j’ai foncé, et Five Feet Apart a répondu très exactement à mes attentes. Stella est une jeune femme atteinte de fibrose kystique (le p’tit nom pas mignon de la mucoviscidose). Elle passe une bonne partie de son temps hospitalisée et elle vient justement de commencer un nouveau long séjour. Elle y retrouve Poe, un ami d’enfance atteint de la même maladie, et rencontre pour la première fois le charmant, mais peu optimiste, Will, lui aussi touché par la fibrose kystique.

La première chose que j’ai pensé après avoir vu la bande-annonce c’est que ce film se voulait comme le nouveau Nos étoiles contraires. Un bon teenage drama clinique, à base d’amour impossible et de corps en vrac, parfait pour faire pleurer dans les chaumières. Et ça n’a pas raté, c’est vraiment le même type d’histoire, qui ferait pleurer même une adolescente lyophilisée (à plus forte raison une petite Claire comme moi, incontinente lacrymale chronique). On retrouve le même genre d’histoire, les mêmes dilemmes, le même amour interdit, ce besoin d’y croire, et même une bande-son assez similaire avec des artistes très proches entre les deux films (dont Birdy qu’on entend dans les deux). Mais comme je m’y attendais, ça ne m’a pas du tout dérangée. D’ailleurs, les points communs ne s’arrêtent pas là puisque Five Feet Appart est aussi tiré d’un livre ! 

Si ce film aborde pas mal de thèmes communs avec son illustre prédécesseur (drame, maladie, famille, combat pour survivre, peur d’être aimé quand on sait qu’on n’est pas fait pour faire long feu, etc.), l’angle est un peu différent. Ici, les personnages vivent à l’hôpital non-stop pour de longs séjours. En plus, leur maladie est incurable, c’est vraiment 0 % d’espoir, allégé en espérance de vie. On découvre le quotidien de ces jeunes atteints de fibrose kystique : l’isolement, le manque de contact physique, les médicaments, les traitements lourds, longs et compliqués, la peur des proches, bref, rien de très joyeux. On part dès le début en sachant que ça ne peut pas finir avec tout le monde qui guérit et qui est heureux (oui, j’aime bien les drames avec un bon sirop dramatique bien corsé).

Pour être très honnête, Five Feet Apart utilise à peu près tous les ressorts classiques du drame clinique adolescent. Un amour naissant, une jeune femme forte et courageuse, un garçon sexy et ténébreux (plutôt cynique, qui refuse de se voiler la face), des scènes au suspense dramatique parfois pas très réaliste et même un meilleur ami gay. Tout, je vous aurais prévenu, tout y est pour vous faire pleurer. Et… ça marche ! Même si les ficelles scénaristiques sont grosses comme des baobabs, pour moi ça a marché parce que c’est ce que je cherchais. Ce film m’a vraiment touchée, car malgré le fait qu’il soit parfois too much dans son envie de faire du drama, il est touchant, honnête et franchement, il fait réfléchir. En général, l’idée de la mort reste très abstraite et lointaine quand on est en bonne santé et qu’on n’a que la vingtaine. L’immense majorité d’entre nous ne se fait qu’une vague idée du concept de la mort et même si on sait tous que notre fin pourrait arriver plus tôt que prévu, on n’y pense pas vraiment. Ici, c’est le quotidien de ces jeunes, et chaque jour à rester en vie est une journée de gagnée sur la mort. Franchement, moi je trouve que ça donne à penser.

Sinon, que vous dire de plus ? Est-ce que ce film révolutionne son genre ? Non vraiment pas ! Mais il fonctionne bien quand même. Donc si vous aimez les drames romantiques adolescents, ce serait dommage de vous priver ! En plus, les personnages sont vraiment attachants et il y a Cole Sprouse au casting ❤ Est-ce que c’est ma botte secrète que j’ai gardée jusqu’à la fin de manière fort stratégique ? Peut-être…

Qui avait entendu parler de ce film ? Pour l’instant, il n’y a aucune date de sortie française annoncée, mais le film sera sûrement assez facile à trouver dans les prochains mois sur des plateformes comme iTunes ou autre !

Larmoyeusement vôtre,

Claire

13 réflexions sur “[Film] Five Feet Apart

  1. Pingback: C’est le premier, je fais le bilan ! Avril 2019 | La tête en claire

  2. Coucou ! J’ai entendu parlé de ce film grâce à Eliot et des livres et j’avais déjà envie de lire le roman et de lire le livre. Du coup pour le livre je ne sais pas trop mais en tout cas, tu m’as bien fais rire avec ta chronique ! Tu as un humour naturel qui me plaît ! En plus, tu dis les choses franchement ! Merci !

    Aimé par 1 personne

  3. Convaincu dès que je vais vu que Cole Sprouse était à l’affiche 🙈
    Je dois avouer que j’adore ce genre d’histoire où tu sais d’avance que ton coeur va se briser en mille morceaux (j’aime aussi les histoires où tu finis le sourire aux lèvres hein 😅). Je pense que je vais lire le livre avant mais en tout cas je suis convaincue!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s