C’est le premier, je fais le bilan ! Février 2019

Comme annoncé le mois dernier, je continue de fusionner mon bilan du mois avec le C’est le premier je balance tout pour éviter de trop me répéter. C’est donc parti pour un petit tour d’horizon du mois de février.


1) Mes acquisitions du mois

De ce côté là, mon bilan est beaucoup plus raisonnable que celui de janvier ! Je me suis contentée de deux achats, un roman et un manga. Et en bonus, mon frère m’a offert une BD pour mon anniversaire.


2) Mes lectures du mois

Encore une fois, j’ai beaucoup moins lu que je ne le voudrais, mais de 1) c’est pas la fin du monde et de 2) j’ai quand même lu la quantité honorable de 5 mangas, 1 BD, 3 romans, 2 essais et 1 livre de théâtre, soit 12 livres ! En fait ce qui me manque le plus c’est de ne pas réussir à lire plus de romans… 

  • Aussitôt acheté, aussitôt lu : la suite du manga La Princesse et la bête. Le tome 4 rehausse la barre que le tome 3 avait fait chuter.
  • J’ai enfin lu les 3 mangas qu’une amie m’avait prêtés : le premier tome du sympathique Goodnight I love you, le très bof tome 2 de Beyond the clouds et l’absolument génial one-shot Our dining table.
  • J’ai aussi lu le tome 1 de Ken’en que j’ai bien aimé, mais sans trouver l’histoire renversante d’originalité.
  • J’ai aussi lu mon cadeau d’anniversaire, le tome 1 de Stand Still, Stay Silent qui est une énorme briquasse de 300 pages BD. C’était vraiment chouette et absolument splendide ! J’ai hâte de lire la suite ❤
  • J’ai lu un livre de pièces de Shakespeare qui traînait dans ma PAL depuis un bout de temps. Dedans il y avait Othello, Macbeth et Hamlet. Malheureusement, je n’étais pas trop dans le mood, donc je suis carrément passée à côté. Dans la catégorie « dans ma PAL depuis trop longtemps » j’ai aussi lu Vivre vite de Philippe Besson qui était sympa sans plus.
  • J’ai enfin lu le troisième tome de La Passe-Miroir, c’était un régal !
  • Une amie m’a prêté Titan Noir de Florence Aubry, sacrée claque !
  • Et enfin j’ai lu deux essais, un sur les séries télé (de Flavard pour la collection L’opportune des PUBP) qui était hyper intéressant et La Femme indépendante de Simone de Beauvoir.

3) Mes trouvailles du web

C’est ici que je recycle l’idée du C’est le premier, je balance tout, en vous partageant quelques liens coups de cœur du mois. Ce mois-ci, je vous propose un texte de Nicolas Hulot que j’ai trouvé extrêmement juste et qui m’a beaucoup touchée. Le lien du post original est par ici.

Dans l’atmosphère actuelle… Ma réflexion personnelle sur « la somme de toutes les haines » :

La sentence du philosophe italien Gramsci semble cousue main pour la période que nous traversons « le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres ».

Ai-je la vue troublée ? Est-ce le changement climatique qui perturbe ma perception du réel ? Je vois s’agglutiner et s’exprimer au quotidien la somme de toutes les haines, de tous les mépris, l’addition de tous les rejets ; sans doute l’expression sordide de toutes les peurs : envers le politique, le flic, le nanti, le pauvre, le journaliste, la féministe, l’Europe, l’État, et plus tristement habituel encore, la haine du juif, du musulman, de l’homosexuel, de l’étranger, de l’autre… Pour beaucoup, le présent pèse, l’avenir effraie et les monstres intérieurs se libèrent. Mais au-delà de l’expression légitime des souffrances et des injustices, que nous devons affronter avec lucidité, rien ne permet de trouver la moindre justification à la haine, instituée en mode de pensée.

Même si j’ai toujours douté que nous soyons civilisés en profondeur, j’ai toujours espéré que ce siècle tire les dividendes de la paix. Jamais je n’aurais imaginé que, dans ce carrefour de crises, notre pire ennemi serait un ennemi intérieur. Je vois avec effroi notre société se fragmenter, se replier, se recroqueviller.

On dit que l’on entend le fracas des arbres qui tombent et pas le murmure de la forêt qui pousse. Alors, cette bile nauséabonde est-elle une goutte d’eau qui dissimule un océan de sagesse ? Ou, au contraire, est-elle l’émergence et l’expression de quelque chose de plus noir, de plus profond ? Je veux continuer à croire qu’il y a une société invisible, silencieuse, qui, à un moment, se dressera massivement contre cette bête immonde. Certains signes m’en donnent l’espoir : une jeunesse qui se mobilise, des initiatives collectives, des marches…

Sortons d’une sorte de tétanie qui donne à la haine un espace sans limites ! Chacun mijote ses petits préjugés comme si l’on avait l’éternité devant nous. Or, c’est le paradoxe tragique de l’instant, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la crise écologique nous place face à un destin commun et nous oblige à une approche universelle.
Là où les passerelles sont nécessaires, se dressent des murs, des barrières physiques ou virtuelles, notamment celles des idées reçues. Et comme dit René Char « partout l’essentiel est menacé par le superflu » et pire encore le faux dissimule le réel.

Nous devons agir dès maintenant de manière coordonnée avec une vision partagée ou nous allons tous sombrer comme des crétins ! L’heure est à l’écoute, à l’empathie, au discernement, à la coopération, à l’union, à l’humilité, si l’on veut une issue favorable.

Au risque d’être ridicule dans l’atmosphère actuelle, osons la confiance et la solidarité ! Allons chercher chez l’autre ce qu’il a de meilleur, ne voyons pas le mal partout, demandons-nous ce que l’on peut apporter pour construire le futur et non le détruire ! Passons de la prétention de tout savoir à la compréhension, à l’acceptation de la complexité. Basculons de la dénonciation stérile à l’élaboration féconde ! Nous avons déjà les outils technologiques, économiques, intellectuels, humains pour faire collectivement un saut qualitatif. Seule fait défaut une volonté commune. La vraie révolution que certains appellent de leurs vœux, c’est de mieux s’écouter pour se comprendre, de s’inspirer, de polir nos certitudes aux convictions des autres. Se battre, se déchirer, s’injurier, s’entretuer est un grand classique de l’histoire, soyons moderne, faisons une révolution pacifique !

Un monde meilleur pour toutes et tous est encore possible, mais à la seule condition de se libérer de la haine. Gardons à l’esprit que la solidarité ne peut être que notre seule boussole.


Et voilà c’est tout pour ce mois-ci ! Et vous, quel est votre bilan ?

Bon week-end !

Publicités

10 réflexions sur “C’est le premier, je fais le bilan ! Février 2019

  1. Ouiiiii Les soeurs Carmines ! Je te souhaite déjà une bonne lecture avec celui-là ! La bande dessinée a l’air sympa, 300 pages c’est énorme quand même ^^ Tu comptes nous en parler plus en détails dans un article ? 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: C’est l’premier j’balance tout #24

  3. Pingback: kalune et Nicolas – Danielle C, le blog

  4. je fais suivre ce texte que je vais relire; pour ma part je n’ai jamais oublié que « le ventre est encore fécond qui engendra la bête immonde ». je suis parfois « troublée » d’entendre certains me dire que nous allons bientôt être dans un monde quasi parfait, que les gens vont voir s’enlever leurs oeillères, etc… pour le moment je vois plutôt le contraire. un exemple, j’allais dire insignifiant, mais non au contraire! il n’est pas en apparence très important ce geste qu’on a encore constaté hier soir en nous rendant dans le parking à étages du centre-ville : des dizaines de voiture mal garées, empêchant par là les autres de se garer car la place n’est plus assez grande; du sans-gêne, parfaitement inutile car les voitures n’étaient pas volumineuses; mais ça demande un trop gros effort sans doute, cette petite manoeuvre qui consiste à se garer dans/sur un seul emplacement? eh bien voilà, c’est chacun pour soi… et la porte est ouverte pour tout ce que dit M. Hulot.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s