Fils d’Antigone d’Irène Cohen-Janca

Et bim, la collection Doado du Rouergue a encore frappé dans mon petit cœur de lectrice. En ce moment j’essaie de faire la guerre à ma PAL et comme je n’avais pas envie de continuer mes lectures en cours j’ai choisi un ptit bouquin au hasard dans ma pile. J’ai jeté mon dévolu sur une valeur sûre, un roman du Rouergue Jeunesse. Fils d’Antigone trainait justement depuis un moment sur mes étagères et il ne fait que 76 pages alors ça m’a semblé un bon compromis entre mon peu d’énergie et mon envie de lire un livre d’une traite. Le père de Nat vient de mourir. Suicide ou accident? Aucune certitude. Mais ce que Nat sait c’est qu’il faut que son père soit enterré et non pas incinéré comme sa mère veut lui imposer. Il a quatre jours pour lui prouver qu’elle a tort et faire en sorte que son père ne finisse pas en cendres.

Nat est un Antigone moderne renversant. La réécriture est subtile mais la référence est parfaite. Antigone est une héroïne que j’aime beaucoup, et c’est aussi ma pièce de théâtre favorite. C’est un personnage qui a traversé les siècles et qui porte une puissance symbolique énorme. À sa façon, Nat porte une part de cet héritage. Il n’y a aucune bonne façon d’aborder le deuil et la mort, il n’y a que des tragédies. Nat vit cette épreuve à sa façon et je me suis de suite attachée à lui. On n’a pas forcément les mêmes convictions mais il a ses idées et il les défend avec conviction, et surtout on ne peut que comprendre sa douleur.

La plume d’Irène Cohen-Janca porte l’urgence dans laquelle vit Nat, il a quatre jours pour convaincre sa famille de ne pas brûler les restes de son père. Quatre jours face à l’irrémédiabilité de la mort. Quatre jours pour vivre son deuil à sa façon. Quatre jours pour faire entendre sa voix d’adolescent et faire respecter son point de vue. Si tout va presque trop vite, et que j’aurais aimé en avoir un peu plus, j’ai tellement bien vécu cette urgence que je ne pense pas que ce soit un point négatif que ce roman soit si court. La plume est vraiment puissante, directe, forte, elle rentre dans le vif, ne fait pas dans la dentelle et je la trouve très représentative de ce que j’aime dans la collection Doado : des voix singulières qui marquent le coeur et l’esprit.

J’ai du mal à retranscrire la force de ce texte avec des mots car le sujet est aussi délicat qu’individuel et que je ne voudrais pas trop vous en dire. J’espère simplement que mes quelques mots vous auront donné envie de découvrir ce texte court mais poignant. Encore un superbe roman sur la force de l’adolescence, sa complexité mais aussi sa violence. Encore une pépite dégotée au Rouergue ❤

Qui connaissait déjà ce roman? Est-ce que vous avez l’intention de le lire? Dites moi tout en commentaire!

Des bisous et à bientôt!

9 réflexions sur “Fils d’Antigone d’Irène Cohen-Janca

  1. C’est vrai que ce texte est très puissant…c’est marrant, je l’ai lu cet été à un moment où je n’avais personne à qui en parlé, je l’avais un peu oublié, mais maintenant que je lis ton article, ça me revient comme une grande claque, mais une belle claque, merci !

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Bilan de Septembre | La tête en claire

      • mal dit, pourquoi? c’est ton ressenti et celui du personnage; ça m’a interpelée, car la crémation n’est pas sans cérémonie envers le défunt. mais je n’ai pas votre âge 🙂 ce qui m’a marquée dans plusieurs « affaires » c’est que le voeu du défunt n’était pas respecté! mais ton personnage défunt n’a pas fait de choix apparemment. penses-tu que le fils doive plus l’emporter que l’épouse??? juste une question pour apporter des éléments à ma réflexion.

        Aimé par 1 personne

        • Oui je sais pour la crémation, en fait pour le personnage, ce qui le dérange c’est qu’il a l’impression que bruler les reste de son père c’est vouloir « bruler » les étapes et vouloir faire table rase. Après dans le déroulement de l’intrigue on découvre une « raison » qui fait pencher la balance envers les convictions du fils mais après en tant que lectrice je ne me suis pas dit que la mère avait tort où l’inverse, c’est simplement une question de conviction des personnages =D

          J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s