Le Dernier Magicien de Lisa Maxwell

My god, une chronique sur la tête en Claire! Qui l’eut cru? En deux semaine tout ce que j’ai eu le temps de publier ce sont les petits bonheurs, mais bon il faut dire que si j’ai pas mal lu, je n’ai pas lu grand chose que j’ai vraiment eu envie de chroniquer (j’ai surtout lu pour ma soutenance). Heureusement un petit weekend de vacances dans le Sud entre amies plus tard, je reviens avec de belles lectures en tête dont j’ai envie de vous parler et tout particulièrement Le Dernier Magicien de Lisa Maxwell. Casterman a envoyé le service presse en double à une de mes collègues du rayon jeunesse cet été et quand je lui ai dit que j’attendais cette sortie impatiemment, elle m’a offert son second exemplaire ❤ Dans ce roman, Esta, jeune magicienne New-Yorkaise spécialiste du temps, doit retourner dans le passé pour récupérer un livre qui pourrait libérer tous les magiciens du joug de l’Ordre, malheureusement, elle n’est pas la première à avoir cette idée…

Esta est une super chouette fille, très forte en apparence mais qui dévoile aussi ses faiblesses au fil des pages. Elle a un côté badass sans avoir ce trait un peu chiant de la plupart des héroïnes : elle n’a pas un très grand sens du sacrifice. Sans être forcément égoïste, elle ne passe pas sa vie à vouloir se tuer pour sauver tout le monde et j’ai bien aimé cet équilibre, elle a un caractère très franc et j’aurais bien aimé la rencontrer que ce soit aujourd’hui à New-York ou au début des années 1900. Son collègue principal pour ce roman est Harte, un peu anti-héros sur les bords il est le self-made man du siècle précédent. Parti de rien il a su se faufiler entre les gangs et les magouilles de la ville pour se faire une place comme… magicien de spectacle! Au nez de tous les habitants qui vouent une haine viscérale aux vrais magiciens qui eux sont obligés de se cacher. Harte est aussi un personnage surprenant, et comme Esta ce n’est pas le cliché du jeune homme beau, fort et dominant. Il n’évolue pas à la force de ses bras, il fait en sorte d’aller là où il veut avec l’aide de son esprit fin. Esta et Harte sont entourés d’une belle galerie de personnages secondaires, s’ils ne sont pas tous aussi finement creusés, je trouve qu’ils valent quand même le détour et je vous laisse la surprise de les découvrir par vous même!

Dans ce roman, il n’y a pas une seconde de répit, le rythme est hyper soutenu. Peut-être même un peu trop, chaque chapitre est une nouvelle aventure et apporte son lot de rebondissements. Du coup ce livre est hyper addictif mais on a vraiment pas une minute pour souffler. J’ai aimé être tenue en haleine mais comme une bonne partie de l’intrigue est assez cérébrale avec beaucoup de manipulations et de retournements, et bien parfois ça en deviendrait presque dur à suivre. Après malgré cette hyperactivité, l’auteure arrive à nous faire découvrir son univers et ses personnages au fur et à mesure, l’intrigue ne prend pas le pas sur la psychologie des personnages ou le développement de l’univers et ce bon dosage rattrape largement ce petit défaut de survoltage. D’ailleurs l’univers est vraiment chouette, on se sent emporté dans ce New-York du début de vingtième siècle et c’est franchement agréable!

Pour relever quand même un défaut, comme la plupart des ouvrages qui s’attaquent à la manipulation du temps, il y a quelques fragilités scénaristiques. Surtout vers la fin où tout s’emballe et les explications sont parfois un peu trop légères à mon gout. Pour éviter de paraitre peu crédible, l’auteure tente de rester en surface et de ne pas dévoiler les failles de son univers et j’ai trouvé ça dommage car du coup elle n’est pas tout à fait à la hauteur de ses ambitions…

Je pense ne pas avoir plus à ajouter, si ce n’est que c’est une belle brique (rien de moins que 640 pages!) mais Le Dernier Magicien se lit tout seul, et pour ma part j’ai franchement hâte de lire la suite!

Qui a déjà lu ce livre? Et qui compte s’y mettre prochainement? Dites moi tout en commentaire!

Des bisous et à bientôt!

Publicités

3 réflexions sur “Le Dernier Magicien de Lisa Maxwell

  1. Pingback: Bilan de Septembre | La tête en claire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s