Les Collisions de Joanne Richoux

Être partenaire Sarbacane c’est un peu comme travailler à la mine (l’enfermement, et la sueur en moins) : on trouve beaucoup de pépites! Même si je n’aime pas tous les romans au même niveau, ils ont toujours de très nombreuses qualités et un petit truc en plus ❤ Dans tous les cas : merci l’équipe de Sarbacane pour votre super travail! Pour Les Collisions, si je suis tout à fait honnête, au début le roman ne m’inspirait pas trop… L’aspect relecture des Liaisons Dangereuses me paraissait tentant mais le résumé faisait un peu trop teenage drama, j’ai du attendre de voir passer quelques chroniques intrigantes ou élogieuses avant de sauter le pas et je ne regrette rien ❤ Laetitia et Gabriel sont en terminale L et ils veulent entrer dans les annales, pour ça leur « grand final » sera une reconstitution des Liaisons Dangereuses!

Les Collisions fait partie de ces romans dont je ne sais pas trop dire si je les ai absolument adoré ou pas. Enfin, pour être exacte je sais que je trouve que ce roman a vraiment un je-ne-sais-quoi d’unique, que je l’ai même beaucoup aimé. Mais je l’ai fini depuis quelques jours et je n’ai pas encore réussi à décider si je l’avais adoré ou non. Par contre ce dont je suis sûre c’est que j’ai été emportée  par la construction de ces personnages sans concessions. Je dis toujours que je préfère un connard qui s’assume qu’un connard qui se justifie avec des excuses bidons. Et bien Laetitia et Gabriel assument leur noirceur. On peut même dire qu’ils l’embrassent complètement. À vrai dire ils ont même quelque chose de dérangeant, mais dans le bon sens, ils nous font réfléchir. La plupart d’entre nous passons nos vie à nous battre contre notre part d’ombre, la seule différence c’est qu’elle est plus ou moins grande et que dès fois ça ne demande pas trop d’effort. On veut être gentil, on essaie de prendre soin des autres, d’être positifs. Mais ça peut être épuisant. Le duo diabolique a décidé qu’il serait plus facile de céder à cette part d’ombre.

Gabriel selon Joanne Richoux. Je trouve que le choix colle très bien (et qu’il est aussi très agréable à regarder).

Laetitia est pour moi le personnage le plus intriguant, celle qui nous fait cogiter. La notion de remords ne fait pas partie de son vocabulaire, je trouve qu’elle incarne un morceau de l’humanité (pas le plus glorieux certes) qu’on a tendance à oublier. Même si on peut difficilement apprécier cette fille, et bien, je ne sais pas, on en viendrait presque à la comprendre un peu quand même. J’ai du mal à mettre des mots clairs et précis sur ce que je peux penser d’elle mais c’est elle qui apporte une grande part de sa force au roman. Pour Gabriel c’est un autre paire de manches… Sincèrement c’est typiquement un personnage qui ne peut que me faire craquer et en y repensant je pense aussi que je me suis un peu retrouvée en lui. Il est fatigué de lutter contre son environnement, alors au lieu de nager à contre courant il a décidé de traverser et de changer de rive. Il est à la fois un mélange de force et de faiblesse. La force de ceux qui ont déjà été trop souvent brisés et en même temps la faiblesse de celui qui rêve encore et meurt un peu à chaque fois que la réalité se retourne dans sa face. Gabriel c’est un gros bouillon d’espoirs vains et de colère contenue tant bien que mal. Gabriel c’est la rage du silence. J’ai à la fois eu envie de lui faire des câlins pour lui dire que tout irait bien mais aussi j’ai eu envie d’aller casser des trucs avec lui, comme défoncer des trucs en porcelaine avec une batte de Baseball. C’est un personnage qui m’a vraiment plu et il m’a touchée plus que je ne l’aurais cru.

Exactement ce que j’ai envie de faire avec Gabriel…

Pour les personnages secondaires, je suis un chouilla plus réservée. Forcément comme c’est une relecture des Liaisons Dangereuses (qui est l’un de mes classiques préférés), les grands traits originaux sont à nouveau présents et certains personnages manquent de profondeur en comparaison des deux (anti-) héros. Mais ils ont quand même leurs petites nuances que j’ai aussi appréciées. Ninon sous ses jolies robes de petite fille est plus sombre qu’on ne pourrait le croire, Solal a encore beaucoup à apprendre sur lui même et Dorian. Dorian, Dorian, … Dès que son personnage est apparu dans Les Collisions (très vite) j’ai su que ça n’allait pas être un simple teenage drama de plus. Dorian est un personnage très torturé, un paquet de nerfs qui s’échappe totalement à lui même et que la moindre pique peut faire exploser, alors si une tornade Laetitia/Gabriel se jette sur lui, c’est pas vraiment soleil et palmiers au programme…

J’ai mis un petit temps à rentrer dans l’intrigue mais une fois lancée j’étais vraiment à fond. Comme ma lecture des Liaisons Dangereuses date un peu, j’étais bien contente que Joanne Richoux nous fasse des petits points de rappel de temps en temps, comme ça même ceux qui n’ont pas lu l’oeuvre originale peuvent bien profiter de la dimension de réécriture de ce classique. En plus, elle a réussi à très bien doser le rythme entre les différentes intrigues et j’ai trouvé l’ensemble juste, bien rythmé et équilibré!

Au final j’ai tellement aimé que je me tâte à l’acheter en papier, et même si je ne sais pas encore exactement si j’ai adoré ou non et bien Les Collisions, c’est vraiment quelque chose! Surtout pour son duo de magnifiques, maudits et arrogants passionnés que sont Gabriel & Laetitia. Je n’ai pas encore réussi à bien mettre le doigt sur tout ce que ce roman a provoqué en moi mais il a vraiment un TRUC. Et des fois, en tant que lecteur, un truc c’est tout ce dont on a besoin, et si on arrive pas à mettre des mots sur ce truc, tant qu’on est touché là où ça compte, je crois qu’on a touché à l’essentiel! Donc merci Sarbacane et Joanne Richoux pour cette lecture

Et vous, vous l’avez lu? J’ai vu passer plusieurs chroniques sur les blogs donc je sais que c’est le cas pour certains, les autres j’ai envie de dire : qu’attendez vous?

À la revoyure!

P. S. : Ce roman m’a fait penser à un film, The Riot Club. Des personnages décadents, à la part d’ombre presque insoutenable avec un twist entre jeunes modernes et insouciants et une forme de libertinage classique. Je sais que le film m’avait un peu perturbée mais presque trois ans après j’en garde tout de même un souvenir précis et fort, il m’a marquée et il me fait justement beaucoup penser aux Collisions. Si Laetitia était un garçon, elle aurait été dans le Riot Club, pour sûr (en fait elle serait capable de s’imposer à eux tout en restant un femme, à coup de sarcasme). J’en suis venue à cette considération en cherchant une image de la Laetitia que j’ai en tête mais je n’ai rien trouvé, Laetitia restera donc un mystère pour vous tant que vous n’aurez pas lu le roman! Et sinon et bien je profite de ce P. S. pour vous conseiller The Riot Club!

Maintenant que j’ai trouvé cette image, je me dis qu’en fait je vois vraiment Laetitia comme ça!

4 réflexions sur “Les Collisions de Joanne Richoux

  1. Pingback: Toffee Darling de Joanne Richoux | La tête en claire

  2. Pingback: Bilan de Décembre & Tops de 2018 | La tête en claire

  3. Pingback: C’est le premier, je balance tout! #18 | La tête en claire

  4. Pingback: Bilan de Juin | La tête en claire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s