[Film] Midnight Sun

En ce moment comme je suis un peu débordée, j’ai moins de temps pour le ciné et les romans et du coup comme je m’investis moins, je suis rarement très satisfaite. Depuis quelques mois je suis un peu en période de disette niveau cinéma, j’ai l’impression d’être moins facilement transportée par des films… Mais c’est là qu’intervient Midnight Sun! Parce que ce film m’a vraiment fait vibrer et même s’il n’est pas parfait, ça m’a donné envie de retourner au cinéma et de chercher les petites pépites qui sauront m’embarquer ❤ J’ai repéré ce film un peu par hasard et la bande annonce vendait une romance toute mignonne sur fond de maladie façon Nos Étoiles Contraires et ça me faisait plutôt envie! Et bien j’avoue avoir été vraiment touchée et séduite par Midnight Sun et je m’en vais vous expliquer pourquoi!

Katie est atteinte de Xeroderma Pigmentosum (aussi connue sous le nom de maladie des enfants de la lune), les rayons du soleil sont extrêmement cancérigènes pour elle et elle ne peut pas se permettre de sortir dehors le jour. Elle a toujours vécu barricadée avec son père, derrière des fenêtres spéciales et il lui arrive de sortir la nuit pour profiter un peu de l’extérieur mais c’est tout. Elle n’a qu’une seule amie et a très peu de contacts avec l’extérieur, elle occupe son temps en jouant de la guitare et en admirant le beau Charlie passer tous les jours devant sa fenêtre. Bien sur, un jour ces deux là vont se rencontrer et c’est le début d’une grande histoire d’amour.

Sourire niais = hormones

Dit comme ça ça sonne ultra cliché, et sincèrement, en effet ce film est un peu cliché sur plein de choses. Mais quand j’ai mes règles je suis très bon public pour tout ce qui relève du drame, d’autant plus pour un drame romantique, et encore plus si c’est une jolie bluette adolescente. D’ailleurs la salle de cinéma était clairement un attentat à l’hormone, moi je pleurais tout le temps parce que mes ovaires me travaillent (et oui pas de tabou sur La Tête en Claire, les hormones c’est naturel et les règles aussi) et le reste de la salle était composé de trois groupes d’adolescentes hystériques (et un peu chiantes, moi je pleure en toute discrétion pas en piaillant avec mes copines). On aurait dit une horde de filles de 16 ans face à Zac Effron période High School Musical. Bref le cœur de cible n’est clairement pas l’homme cinquantenaire avec Midnight Sun… Mais tout ça pour dire que si j’ai autant apprécié ce film c’est peu être un peu (beaucoup) dû aux hormones.

Mini Hayden Christensen = hormones en feu

Cela dit, le film même s’il est parfois un peu too much dans la romance, a aussi de beaux atouts. Déjà pour les nostalgiques, l’acteur de Charlie ressemble à un petit frère caché d’Hayden Christensen (bon ok sur ce coup là c’est toujours les hormones qui parlent). Ensuite, Katie est élevée par son père et c’est un papa poule ce qui est très rare dans ce genre de films. Souvent parmi les parents d’enfants malades c’est toujours la mère qui est mise en avant avec ses talents de gardienne, de maman aimante étou étou. Mais ici c’est un papa aimant, qui a pris soin de sa fille malade après la mort de sa femme et surtout c’est un film où les hommes pleurent! Oui, oui, les hommes ne font pas semblant d’être de gros ours virils insensibles, ils ont de vrais sentiments et parfois ils lâchent car quand ça fait trop mal, il faut savoir baisser les écluses et pleurer un bon coup.

Ciel étoilé + feu de camp = hormones d’ado en émoi

Je dois dire que Katie et Charlie sont vraiment adorablement attachants. En fait même si c’est cliché, le film reprend pile ce qui marche dans ce genre de configuration : un premier amour, une maladie qu’on voudrait oublier, deux amoureux qui se tirent vers le haut et sont très heureux ensembles, des moments de joie intense et des coups durs, … Bref un ascenseur émotionnel pour faire pleurer dans les chaumières! Mais moi j’y ai cru et je n’en demandais pas plus! D’ailleurs je craignais un peu la fin, de celles qu’on voit venir à 6000 lieues mais en fait pas du tout! J’ai d’ailleurs été vraiment surprise et j’ai trouvé que le film était parfois bien plus mature qu’il n’y parait.

HORMONES

 Au final même si ce n’est pas un chef d’oeuvre d’originalité et bien j’ai adoré Midnight Sun! Je n’ai pas pu m’empêcher de craquer pour ce couple adorable, de pleurer et d’espérer. Donc je pense que si vous êtes dans le mood ça vaut le coup de laisser sa chance à ce film! En gros ça devrait le faire si : vous êtes un.e ado ou vous avez un ado à amener au ciné comme alibi ou si vous assumez vos débordements émotionnels et votre incontinence lacrymale (je rentre dans cette troisième catégorie). Et puis si vous avez vos règles le jour où vous y allez, n’oubliez pas vos mouchoirs et pourquoi pas carrément le pot de glace!

Qui avait déjà entendu parler de ce film? Certain.e.s l’ont déjà vu?

Des bisous, des mouchoirs et à bientôt!

P.S. : Le doublage français n’est pas terrible et fait encore plus ressortir les réactions un peu neuneu de Katie, donc je recommande la VO (même si malheureusement il n’y avait aucune séance VO autour de chez moi…).

P.P.S. : Si vous êtes médecins ou obsédé par la précision du détail, je pense que ce film vous fera un peu tiquer car personnellement, certains aspects du point de vue médical ont un peu fait défriser mon gout de l’exactitude…

5 réflexions sur “[Film] Midnight Sun

  1. Pingback: Bilan de Juin | La tête en claire

  2. j’ai découvert cette maladie avec un roman pour la jeunesse il y a une vingtaine d’années; alors hormones ou pas, je pense que ce film ne peut que toucher les gens sensibles; il faut savoir que bien des enfants qui vivent dans des pays comme le Maroc ne sont absolument pas protégés. en France il y a au moins une association qui regroupe des familles concernées, ils organisent des voyages, des sorties comme ils peuvent pour que ces enfants ne vivent pas reclus. dans mon département j’ai vu qu’une maman est en lien avec des « universitaires » qui travaillent sur des tenues spéciales genre « astronaute » pour que la petite fille puisse aller à l’école. j’ai lu qu’on les appelait enfants de la lune, pas enfants lunes. pas vu le film mais pourquoi pas? l’empathie peut passer par l’émotion.

    Aimé par 1 personne

    • C’est vrai que comme c’est une maladie assez rare on en entends peu parler mais ça peut toucher n’importe qui… Il me semble avoir lu un jour un livre que le sujet aussi, mais je n’ai plus la moindre idée du titre… C’est vrai qu’il fait quand même bon vivre en France quand on est atteint de maladie grave (ou moins grave aussi d’ailleurs) =D

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s