La Sauvageonne d’Anne Schmauch [SP#31]

Hop, hop, hop un ptit Exprim’ de plus dans ma collection! Je compte bien devenir un jour une experte en Sarbacane (la maison d’édition, pas le lance-projectile). Ce partenariat avec Sarbacane est définitivement une jouissance pour la lectrice que je suis. Jusqu’ici mes découvertes ne ratent jamais de faire battre mon ptit cœur, donc merci l’équipe Sarbacane ❤ Quand j’ai vu le résumé, j’avoue que j’ai bien vite été emballée : une ado bagarreuse qui sort des sentiers battus, moi je vote pour. Notre sauvageonne, c’est Fleur. Elle aime plus la baston que les pâquerettes et son grand rêve c’est de se tirer de la station essence de ses parents pour partir à Paris avec son frère qui est un prodige du violon. Forcément quand un homme vient s’échouer à la station et meurt en laissant un sac remplit de 30 000€, Fleur y voit une occasion en or de financer son évasion.

Je crois que l’ingrédient magique de la collection Xprim’, ce sont ces personnages toujours atypiques mais jamais clichés. Fleur est hyper riche comme fille, et surtout elle change beaucoup à travers le roman. C’est bien simple, au début je lui aurais presque donné 16 ans alors qu’à la fin elle semble avoir une jolie vingtaine d’années et pourtant entre les deux il ne s’est écoulé qu’un été. Elle porte vraiment son roman à bout de bras cette sauvageonne et surtout elle porte un regard sur la vie que j’aurais du mal à décrire mais qui m’a vraiment touchée.

J’ai aussi beaucoup aimé la galerie des personnages plus ou moins secondaires qui font la vraie richesse de ce roman : le discret mais virtuose frère violoniste, les compagnons de route, les rencontres inopinés, les mystérieux et pas toujours très bien intentionnés habitants de l’échangeur de l’A3. J‘ai aimé l’équilibre entre tout ce petit monde : des posés, des calmes, des doux, des mélomanes mais aussi des énervés, des colériques, des bagarreurs, des lunatiques. En même temps il ne sont jamais qu’une seule chose à la fois. Il y a des personnages de tous les milieux, des plus fortunés aux plus miséreux. La Sauvageonne c’est aussi une exploration sociale et culturelle d’une France qui aime bien cacher ses défauts sous le tapis mais qui finalement n’a jamais résolu ses problèmes.

Ce roman est aussi un sacré roman d’action. Il faut dire qu’il s’en passe des choses en 268 pages! C’est un crescendo explosif. Si au début j’aimais bien le roman, à la fin je ne pouvais plus le lâcher et j’ai fini par l’engloutir d’une traite! Impossible de laisser les personnages à leur sort, je devais savoir ce qu’il allait advenir d’eux. Et c’est vrai que comparé à ma dernière lecture de la collection (Les Quatre gars de Claire Renaud, tout choupi mimi) et bien La Sauvageonne a quelque chose de bien plus brut et violent. Ce n’est pas un roman tendre, on retrouve la violence des quartiers les plus démunis de la banlieue parisienne, mais aussi la violence sociale faite à ceux qui ne sont pas nés au bon endroit. Anne Schmauch brise un peu beaucoup la loi du silence ici, elle nous présente des voleurs qui ne sont pas franchement des Robin des bois. Mais ça fait cogiter car loin de dire « c’est mal » ou « ils n’ont vraiment pas le choix, les pauvres », l’auteure ne commente pas, ne condamne pas, ne juge pas. D’une certaine manière elle nous dit juste « c’est là, vous en pensez quoi? ».

Au début de ma lecture et même pendant un bon moment, je ne pensais pas que ce roman serait un coup de cœur. Mais à force d’avancer, les personnages me sont rentrés sous la peau et ce grand crescendo à fini par exploser sous mon crâne. Au final je crois bien que c’est un coup de cœur et je sais que le roman va me trotter dans le tête pendant encore un moment ❤ Je ne peux que vous recommander de faire cette découverte!

Qui est tenté par cette lecture? Le livre est sorti la semaine dernière donc vous devriez le trouver dans toutes les bonnes librairies! Je sais bien que vous n’avez pas besoin d’excuse pour aller à la librairie, mais c’est cadeau, non, ne me remerciez pas!

As usual, je vous dis à bientôt!

11 réflexions sur “La Sauvageonne d’Anne Schmauch [SP#31]

  1. Pingback: Bilan de Mai | La tête en claire

  2. Ah zuuut. Ils le proposaient, hier, dans la liste des livres de la nouvelle masse critique de Babelio. Mais vu le résumé écrit, il ne m’attirait pas plus que ça donc je ne l’ai as coché. Mais après avoir lu ta chronique je regrette.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s