C’est le premier, je balance tout! #16

Il est venu le temps d… ben non, pas des cathédrales, il est venu le temps du C’est le premier, je balance tout! (Cette blague n’a été validée par absolument personne, ma propre conscience la renie.) Et puisque aujourd’hui c’est férié, je vous prépare cet article parfaitement reposée avec mes petits doigts de pieds en éventail sous la couette ❤ Accrochez vos ceintures, ça va balancer!

1) Je balance : Les Top et Flop du mois

Côté roman ce mois-ci ça n’a pas vraiment été la folie, je n’ai pas eu de gros coup de cœur, seulement quelques « ouais, sympa » et même un gros vilain flop avec Miss Pérégrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs que je n’ai franchement pas apprécié. Il y a plein de longueurs, le personnage principal m’a agacée, le style ne m’a pas du tout convaincue et au vu de mes attentes (on a en quand même pas mal entendu parler) ben ça a vraiment été un gros bide pour moi, je suis assez déçue…

Par contre j’ai lu pas mal de BD/Manga/Comics, bref pas mal de littérature graphique et j’ai quasiment tout adoré alors de ce côté là je suis joie! Je retiens tout particulièrement ma lecture du premier tome de To your Eternity, le style est magnifique, l’histoire est à la fois forte, touchante et poétique, vraiment je n’ai qu’une hâte, c’est d’en lire plus ❤

2) Je balance : les chroniques qui m’ont fait tilt chez les autres blogueurs littéraires

Comme je passe mes journées sur l’ordinateur au travail, en général le soir je n’ai plus top envie de rester devant mon écran, donc je n’ai pas trop traîné sur les blogs ce mois-ci, d’ailleurs je n’ai pas trop traîné nulle par sur le web… Donc je n’ai qu’une chronique à vous proposer, c’est celle de mimine aka Charmant petit monstre, sur Les Cancres de Rousseau d’Insa Sané. Y a pas à tortiller, toutes les deux on est bien d’accord!

3) Je balance les autres Wahou sur le web

Oui, j’ai mes petits chevaux de bataille, je reviens souvent sur les même topics, mais encore une fois ce mois-ci je souhaite envoyer de l’amour à Baptiste Beaulieu, cet humain formidable ❤ Déjà il a partagé par ici quelques photos d’archives de couples gays et lesbiens (je vous en mets 3 en dessous mais il y en a plus). Est-ce que j’ai eu envie de chialer devant des photos si pleines d’amour? La réponse est oui. Cent fois oui. Et il a aussi partagé un magnifique texte qui est si intelligent et plein de bon sens que j’en ai encore une fois été frappée. Je vous le retranscrit ci dessous. Si ce n’est pas déjà fait, vous allez TOUT DE SUITE vous abonner à sa page Facebook. Merci. Moi je dis, si après ce genre de texte il reste encore des gens pour être homophobe, je ne comprendrais jamais l’humanité (je ne comprends déjà vraiment pas).

« J’aurais voulu avoir un amoureux. Au primaire, au collège, au lycée. Avoir une belle histoire. Une histoire d’enfant. J’aurais voulu avoir droit à ça. Les mots qui s’échangent sous les tables. Le cœur qui bat plus fort. Les secrets qu’on garde à table, quand on vous pince la joue en vous demandant si on a une amoureuse. J’aurais voulu profiter de ma jeunesse. Ne pas tricher toutes ces années. Ne pas mentir. Ne pas faire semblant. Être qui je suis plus tôt. L’être et l’être heureux. Fier. Et montrer l’étendue des talents que me confère cette identité. Ma sensibilité. Ma joie de vivre. Mon envie folle d’écrire.
J’aurais voulu ne pas me contraindre, ne pas faire semblant pour être « comme les autres ». Ne pas faire souffrir mes parents parce que j’étais malheureux et refusais de dire pourquoi. J’aurais voulu être moi plus tôt. Avoir ce que les autres avaient. Ne pas rire quand j’entendais des blagues méchantes visant celles et ceux qui avaient mille fois mon courage d’être ce qu’ils étaient, sans honte, avec fierté.
Comme ce garçon, à l’école, il s’appelait Nathan. Il était gentil, doux, et pourtant ses gestes, sa voix, son identité, bref ce qu’il était de franc, de vrai, d’authentique, étaient moqués parce qu’on lui collait l’étiquette homo sur le front et qu’il n’a jamais démenti. Parce qu’il a toujours relevé la tête. Il m’a fallu des années pour comprendre combien il était plus libre que beaucoup d’entre nous, libre d’être qui il était et de témoigner par sa seule existence de l’extraordinaire diversité du genre humain.
Vous voyez j’aurais voulu ne jamais me moquer de Nathan avec les autres, devant les autres, pour que les autres ne me soupçonnent jamais d’être qui j’étais. J’aurais voulu ne pas rire de ce garçon, j’aurais voulu ne pas le faire pleurer.
J’aurais voulu être amoureux, enfant. Avoir ce que vous avez tous et toutes eu, enfant.
Qui va me rendre ces années perdues ? Ce qui aurait pu être et n’a jamais eu lieu ? Qui me rendra ce qu’on m’a pris ? Et à ce Nathan ? Qui lui rendra justice ? La vérité c’est que j’ai mal. Que j’ai la haine contre les gens qui nous font ça. Qui nous font faire ça, qui nous rendent comme ça. Ces mêmes gens qui prétendent se battre pour les enfants et qui pourtant mettent dans nos bouches des mots aussi violents.
Mais l’homophobie ce n’est pas seulement quelqu’un qui crie « À mort les PD ! ».
L’homophobie c’est aussi des millions d’existences contraintes, de petits bonheurs universels gâchés, de destinées retardées. Des millions de gens qui ont vécu, vivent, et vivront une autre existence que la leur, une autre vie que la leur, qui marcheront à côté d’eux-mêmes, qui passeront à côté de ce que, au fond, ils étaient destinés à connaître, à aimer, et chérir, et jouir. Ce que nous voulons toutes et tous. Une vie à nous. Une vie qui nous ressemble et nous appartienne.
L’homophobie, la lesbophobie, la transphobie, c’est d’abord des ombres et des millions de vies ratées.
Je suis gay.
J’ai accepté qui je suis et je suis heureux avec cette personne.
Et ceux qui pensent que cela n’a pas à être dit, que l’affirmation d’une orientation sexuelle/identité de genre relève de quelque chose de personnel, ceux-là je les envie car ils ignorent la violence qu’il y a à vivre dans un monde où votre différence est au mieux passée sous silence ou moquée, au pire combattue, psychiatrisée comme aux États-Unis, frappée comme en France, emprisonnée comme en Tunisie, ou déportée dans des camps comme en Tchétchénie.
Ces gens qui ignorent le courage qu’il faut pour accomplir un geste aussi anodin que tenir la main de la personne qu’on aime dans la rue.
Je rêve d’un jour où les personnes gays, lesbiennes, bi ou transgenres n’auront plus à exprimer publiquement leur appartenance à une population sociologiquement minorisée.
Profiter de la visibilité qui est la mienne en tant que romancier pour dire publiquement qui je suis et qui j’aime est un acte éminemment politique.
Oui, la vocation des coming-out n’est rien moins que la visibilité et l’acceptation totale et sans condition d’au moins 5% de la population humaine.
Rien qu’ici, en France, nous parlons d’environ 3 millions de françaises et de français.
Ce jour viendra.
Alors nous n’aurons plus à sortir du placard, parce qu’il n’y aura plus de placard.
Alors nous n’aurons plus peur d’être qui nous sommes : le vivant visage de l’extraordinaire diversité du genre humain.
J’y crois, moi, à cette réconciliation.
Et si je parle aujourd’hui, si je confie quelque chose que d’aucun considère comme relevant de la vie privée, c’est parce que je veux dire à celles et ceux qui ont peur comme j’ai eu peur, qui ont mal comme j’ai eu mal, qui sont moqués comme ce Nathan a pu être moqué :
Tu as le droit de t’aimer comme tu es, tu as le droit de vivre fièrement avec celui ou celle que tu aimes, tu as le droit d’exister sans honte, sans culpabilité, tu as le droit de revendiquer ton identité et ta place dans ce monde.
Tu as le droit d’être gay, lesbienne, transgenre, d’accepter qui tu es et d’être heureux ou heureuse avec cette personne.
Tu as le droit.
TU AS LE DROIT. »

Tous droits réservés à Baptiste Beaulieu

Non, je chiale pas, c’est toi.

4) Ego time : je balance mes petits bonheurs et grandes joies du mois d’avril.

  • Maintenant que je suis à Lille j’ai pu profiter de plein de membres de ma famille que je ne vois pas souvent d’habitudes, (petit-) cousins, (petite-) cousines, oncles, tantes, grand-mère, il faut dire que ma famille du Nord est celle du côté de ma mère, et avec une fratrie de 7 enfants (mes oncles et tantes + ma mère) qui ont tous 2 à 4 enfants ayant tous eux-même jusqu’à 5 enfants, ça en fait du monde à voir!
  • Il a aussi fait beau, donc j’ai profité du soleil. Déjeuner au parc, barbecue sous parasol, lecture à l’ombre, tout y passe pour mon plus grand bonheur ❤
  • J’ai aussi passé BEAUCOUP de temps à faire des câlins à un minou mignon

  • Mais ma plus grande joie reste ce petit mail de Timothée de Fombelle ( ❤ ) dans ma boite, il sera l’invité de ma promotion en décembre et c’est moi qui suis au commandes, donc ce petit mail est peut-être le premier mais ce ne sera pas le dernier!

Et voilà pour ce mois d’avril! Et vous, qu’avez vous à balancer ce mois-ci? Je vous souhaite un bon mois de mai, je vous fais des brouettes de bisous et je vous laisse avec un joli gif tout plein de tendresse.

cosmic hug

17 réflexions sur “C’est le premier, je balance tout! #16

  1. Pingback: Bilan de Mai | La tête en claire

  2. Pingback: C’est le premier, j’balance tout #16

  3. Le texte de Baptiste Beaulieu est sublime et tellement vrai. Ce mec est extra et son blog est une pépite d’humanité que j’adore suivre. Ça fait tant de bien de lire des personnes comme ça. Et les photos… ♥
    Passe un beau mois de mai.

    J'aime

  4. Je suis Baptiste Beaulieu depuis plusieurs années ! Je ne suis pas forcément d’accord avec tout ce qu’il dit / fait … Néanmoins, j’adore son travail, son aide, ses actions ! C’est quelqu’un d’inspirant, de généreux, de bon et qui partage du bonheur et de l’espoir. Il n’a pas peur de dire ce qu’il pense !
    Bref, c’est quelqu’un à suivre 🙂
    Par contre, pour Miss Peregrine et les Enfants Particuliers, j’aime beaucoup cette trilogie ^^ ! Mais je peux comprendre que certain(e)s peuvent ne pas aimer ! 😉

    Bisous et bonne soirée à toi !

    Aimé par 1 personne

  5. Haha pas merci pour la chanson, me connaissant je vais l’avoir en tête pour le reste de la soirée 😀 J’avais beaucoup apprécié Miss Peregrine il y a quelques années, mais je me rends compte en « grandissant » que ça ne correspond plus du tout à mes goûts de lecture actuels… Pour rester dans la thématique LGBT, je te conseille le manga (oui encore un !) Eclat(s) d’âme, sorti en début d’année, que j’ai beaucoup apprécié 🙂 …lui aussi m’a été fortement conseillé par notre libraire commun 😉

    Aimé par 1 personne

  6. Mais c’est ouf on a toutes eues la même idée pour le temps des cathédrales haha, j’ai fait la même blague moisie dans mon bilan ! 😉 Dur dur de retenir son émotion face au texte de Baptiste Beaulieu (et que dire des photos, splendides !)…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s