[Romans croisés] L’aube sera grandiose x Toute la beauté du monde n’a pas disparu

   

Format un peu spécial aujourd’hui puisque j’ai décidé de vous parler de deux livres à la fois! J’ai lu L’Aube sera Grandiose d’Anne-Laure Bondoux et Toute la beauté du monde n’a pas disparu de Danielle Younge-Ullman coup sur coup et ce sont deux livres qui ont des points communs et surtout un sujet central commun : la relation mère/fille. J’avais prévu de les lire tous les deux avant Montreuil car je travaillais sur le stand de Gallimard et finalement j’ai été affectée aux albums du coup je les ai lu en rentrant! L’un comme l’autre sont de petites merveilles ❤ Pour vous mettre un peu dans le contexte, dans L’aube sera grandiose (ASG), Titania, la mère de Nine, l’embarque en voiture vers une petite cabane perdue dans les bois et lui annonce que durant la nuit elle va lui raconter tous les secrets de sa famille. Dans Toute la beauté du monde n’a pas disparu (TBMD), Margot-Sophia, la mère d’Ingrid l’envoie dans un camp de survie au fin fond de l’Amérique et Ingrid en plus des moustiques se retrouve face à tout ce qu’elle a tenté d’enfouir au plus profond d’elle même.

J’ai vraiment été frappée par les liens entre ces deux romans, pourtant ils ont été publiés tous les deux cette année d’auteures qui ne viennent même pas du même continent! Je ne pouvais pas ne pas les rassembler, voici donc une première sur La tête en Claire, une chronique comparative sous forme de liste à puce.

  • Je me suis plongée dans ces deux livres sans rien en savoir, je n’ai quasiment pas lu les résumés! On m’a offert l’ASG et j’avais très envie de le lire avant même de l’avoir entre les mains. Pour TBMD, j’ai eu un coup de cœur instantané pour la couverture qui m’a fait l’acheter sans même me poser la question du résumé (syndrome de l’acheteuse compulsive de livre bonjour!). Mais bon ces deux livres sont aussi beaux que bons et pour une fois les apparences ne sont pas trompeuses ❤
  • Des mères artistes : Titania (ASG) est auteure, Margot-Sophia est cantatrice. L’art a une place importante dans ces deux livres, surtout dans TBMD, car Ingrid a construit sa vie autour de la musique et j’ai vraiment aimé découvrir le monde du chant lyrique, pour une fois il n’est pas question de rock star mais d’une diva du classique! Par contre la partie « auteure » pour Titania est beaucoup moins développée.

  • Des femmes fortes, et surtout les mères. Ce sont des mères célibataires qui se sont battues pour leurs filles, qui ont du faire face à des dilemmes pour les éduquer correctement. Leur filles ont aussi des caractères forts mais le système de personnage central est un peu différent car l’ASG est centré sur Titania et l’histoire de sa vie alors que TBMD est centrée sur Ingrid et les problèmes auquel elle a dû faire face.
  • Des allers retours entre présent et passé : Dans les deux cas la narratrice (Ingrid/Titania) revient beaucoup sur son passé. Dans l’ASG c’est même tout le cœur du roman. D’ailleurs le présent est presque seulement un prétexte pour découvrir l’histoire de la jeunesse de Titania. Par contre le lien entre passé et présent est beaucoup plus équilibré dans TBMD. En fait c’est presque du génie, on sait qu’il y a un gros événement qui a eu lieu dans la vie d’Ingrid qui l’a menée là où elle est et chaque chapitre sur son passé nous en dévoile un peu plus dans un crescendo qui a fini par me couper le souffle. 

  • Un décor sauvage : Ingrid se retrouve dans des paysages de folie en plein cœur des Etats Unis et Nine et sa mère sont dans une petite cabane sur la berge d’un magnifique lac. C’est vraiment mon truc les romans dans ce genre de décor mais bon dans l’ASG c’est plus pour l’effet « joli décor » alors que le trek dans lequel est inscrite Ingrid a vraiment un rôle dans son évolution. D’ailleurs j’ai beaucoup aimé le fait que l’auteure ne joue pas sur le cliché « voyage de rêve dans des paysages de dingues ». Ingrid galère comme pas permis face à une nature parfois hostile et elle ne rêve que d’un lit douillet.
  • Des histoires de famille et non pas des histoires d’amour : Familles éclatées, réparées avec de la ficelle et du vieux scotch. Ingrid n’a jamais eu de père et s’en est choisi un de cœur avec qui elle a une très belle relation. Titania et ses frères ont été trimbalés par leur mère, ils ont eu l’occasion de se trouver des figures paternelles bricolées. Dans les deux cas il n’y a pas (ou très peu) de romance. Enfin il y a un petit bout de romance dans les deux épilogues et dans les deux cas ça m’a un peu fait lever au yeux car même si c’est très léger, c’est inutile.

  • Une grosse différence : TBMD est plus ouvert aux autres que l’ASG car il y a d’autres personnages dans le camp avec Ingrid. On découvre aussi la vie et les problèmes qui ont amenés tous ces jeunes adultes dans ce camp un peu particulier et ils ont une influence les uns sur les autres. C’est ce qui m’a permis de faire de ce roman un vrai coup de cœur car il n’est pas figé sur le passé et les émotions sont bien réelles et m’ont touché en plein cœur. En fait l’histoire de l’ASG est dans un circuit du passé donc il n’y a pas de réelle conséquence directe sur les personnages. D’ailleurs Titania est beaucoup plus mûre qu’Ingrid et donc plus stable dans sa manière de raconter l’histoire alors qu’Ingrid est un tourbillon d’émotion, et comme j’ai tendance l’être aussi je me suis plus attachée à elle.

Voilà! J’ai beaucoup aimé rédiger ma chronique avec ce format. Je ne pourrais pas le reproduire facilement car c’est bien la première fois que ça m’arrive de lire coup sur coup des romans aussi liés! J’ai vraiment adoré L’aube sera grandiose malgré un début un peu lent par contre Toute la beauté du monde n’a pas disparu fut un vrai coup de cœur et une grosse claque! ❤ Je vous les recommande tous les deux, croyez-moi vous ne voudriez pas passer à côté de ces deux bijoux qui malgré tous leur points communs sont très différents et méritent vraiment d’être lu tous les deux.

Qui a lu l’un de ces livres? Ou les deux? Qu’en avez vous pensé?

Des bisous et à bientôt!

7 réflexions sur “[Romans croisés] L’aube sera grandiose x Toute la beauté du monde n’a pas disparu

  1. Du coup j’ai l’impression que les deux romans se ressemblent mais sont quand même très différents ^^ Je crois que l’Aube sera grandiose me tente moins, parce que tu as l’air de dire que la nature ne joue pas un rôle dans l’histoire et que finalement c’est surtout un prétexte pour faire le récit du passé. Mais je pense le lire quand même, pour la relation mère-fille !

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: C’est le premier, je balance tout! #12 | La tête en claire

  3. Je lu « L’Aube sera grandiose », commencé une après-midi, fini le soir même… 🙂
    J’avais déjà lu « Tant que nous sommes vivants », d’Anne-Laure Bondoux et ça avait été un immense coup de coeur ! Puis « La vie comme elle vient », qui m’avait beaucoup moins touchée… Alors j’ai lu son dernier avec une touche d’appréhension : de quel côté allait-il pencher ? Et sans aller jusqu’au vrai franc coup de coeur, j’ai néanmoins beaucoup apprécié !

    Je vais peut-être me pencher du côté de « Toute la beauté du monde n’a pas disparu », du coup..!

    Aimé par 1 personne

  4. Pingback: Bilan de Décembre & Tops de 2017 | La tête en claire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s