L’Axe du loup de Sylvain Tesson

Je vous préviens, j’ai commencé à travailler sur mon mémoire qui porte sur les grandes traversées d’Asie dans la littérature de voyage du XXème et XXIème siècle, alors vous risquez de voir passer un joli petit paquet de récits de voyage dans les mois à venir! J’ai choisi ce sujet car j’adore ce genre et que ça m’arrange de pouvoir lier mon mémoire avec des lectures qui me font envie et qui j’espère me plairont. Le grand bal de ces découvertes est ouvert par L’Axe du Loup de Sylvain Tesson, c’est un auteur que je veux découvrir depuis un bon bout de temps et je suis ravie d’avoir enfin plongé le nez dans un de ses textes! Dans L’Axe du Loup, Sylvain Tesson suit la trace des évadés des goulags russes et notamment d’un certain Slawonir Rawicz (auteur d’A marche forcée) qui a transmit le récit de son évasion depuis Iakoutsk en Russie jusqu’à Calcutta en Inde. Sylvain Tesson suit donc sa piste sur plusieurs milliers de kilomètres, et ce à pied, en cheval et à vélo.

Sylvain Tesson est à lui tout seul un sacré personnage, j’ai pensé en lisant sur sa manière de voyager que si j’étais une autochtone qui croisait sa route je l’aurais probablement pris pour un fou! Mais il a le mérite dans son récit de se montrer tel qu’il est, sans chercher à plaire au lecteur. J’ai aimé sa manière de voir les choses et ses motivations. Il y a quelque chose de très romanesque à vouloir suivre les traces de ceux qui ont du fuir pour leur vie et en même temps il y a aussi un certain petit truc universel qui consiste à vouloir retracer les récits de voyage qui nous ont marqué. Suivre les pas de Sylvain Tesson c’est aussi croiser et découvrir des peuplades entières et qui plus est des peuples qui souvent n’apparaissent pas dans les livres car complètement en marge pour nous occidentaux : Russes du pays profond, peuples mongols, pèlerins du Tibet, paysans chinois, etc. Si l’auteur est plutôt un solitaire, ça ne l’a pas empêché de croiser un bon paquet de personnes sur sa route!

La première partie du roman ne fut pas ma préférée car dans la section Russe de son périple, Sylvain Tesson passe beaucoup de temps à se faire inviter pour boire de la Vodka. D’ailleurs un bon morceau du roman peut se résumer ainsi : marche, Vodka, nuit, marche, Vodka, nuit, marche, Vodka, etc. Moi qui ne boit que très peu d’alcool j’avoue que ça ne m’a pas franchement fait rêver… Mais Tesson a le mérite de ne pas farder son voyage, il ne cache pas que la Russie a un gros problème avec l’alcool, que la Mongolie n’est plus vraiment un pays de nomades ou que le communisme a fait des ravages sur certains aspect de la culture asiatique. Une fois la Russie franchie j’ai par contre été happée car si tout n’est pas toujours rose, j’ai vraiment ressenti la route comme si j’étais avec le voyageur. On sent vraiment dans le récit de Tesson toutes les contraintes du voyage, la force mentale nécessaire à une telle entreprise. A un moment, il a un problème de genou et j’ai eu mal pour lui alors que je lisais confortablement installée dans mon lit! Et puis surtout quel régal de s’imaginer les paysages traversés et de les rechercher en ligne pour le plaisir des yeux : lac Baïkal, fleuve Léna, plaines Mongoles, Tibet, Inde, … ❤

Le récit de ce voyage de plus de six mois est une expérience de lecture assez folle qui nous transmet un peu de cette encore plus folle aventure! J’avoue que je suis impressionnée par l’ampleur de ce voyage et la force nécessaire pour parcourir autant de kilomètres à pied. Sylvain Tesson l’admet lui même, il le fait avec le luxe d’être un homme libre, qui peut aller à la rencontre des autres pour se nourrir et se loger alors que les évadés des Goulags fuyaient sans nourriture et mourraient bien souvent de froid, de faim ou de fatigue. Je suis vraiment ravie d’avoir fait cette découverte et je ne peux que vous conseiller de découvrir ce super roman qui m’a donné envie de partir sillonner le région d’Asie décrites par l’auteur!

Avez vous déjà lu ce roman ou un autre de Sylvain Tesson? Et pour ceux qui connaissent des récits de voyage, qui se passent en Asie après 1900, n’hésitez pas à me conseiller des titres en commentaire, je pourrais m’en servir en lecture complémentaire dans mon mémoire!

Bon weekend!

20 réflexions sur “L’Axe du loup de Sylvain Tesson

  1. Pingback: Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson | La tête en claire

  2. Pingback: Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson | La tête en claire

  3. Tu es trop forte. J’ai détesté Dans les forêts de Sibérie et là, tu arrives presque à me donner envie de tester celui-ci. (Presque parce que quand même pas, je sens qu’il va encore m’énerver.) Merci pour cette belle chronique qui fait vaciller mes certitudes. ^^

    Aimé par 1 personne

  4. Pingback: Bilan de Juin | La tête en claire

  5. Pingback: C’est le premier, je balance tout! #11 | La tête en claire

  6. Pingback: Bilan de Novembre | La tête en claire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s