Le Groupe de Jean-Philippe Blondel

J’ai lu mon premier roman de Jean-Philippe Blondel quand j’étais au lycée et depuis il m’arrive régulièrement de déguster un de ses romans. Le dernier en date est Le Groupe, sorti cette année, sur lequel j’ai jeté mon dévolu dès que je l’ai aperçu! Il y a toujours dans les romans de cet auteur un je-ne-sais-quoi de spécial qui fait de ses romans des petits ovnis dont je me délecte. Le Groupe ne fait pas exception! C’est l’histoire d’un groupe de dix ados qui participent à un atelier d’écriture organisé par deux de leurs profs. A travers leurs mots et les exercices qui leur sont imposés les douze personnages se révèlent sous nos yeux de lecteur.

Le truc qui ne manque jamais de me dérouter avec Jean-Philippe Blondel c’est ça façon de mêler le réel et la fiction, il nous y perd un peu mais je m’y perd avec délice. Dans la préface, il nous explique clairement que ce prof d’anglais qui organise cet atelier d’écriture c’est un peu lui car il a tenté l’expérience avec ses vrais élèves, enfin peut-être pas? En lisant le texte j’ai eu envie de savoir la part de vérité, de biographie et certains éléments se recoupent avec des bribes lâchées dans d’autres romans de l’auteur. En même temps je suis ravie de ne pas pouvoir faire la part du vrai et du faux, que tout soit mélangé dans ma tête. Je pense que je ne suis pas la seule à avoir déjà regretté que les personnages dont je venais de lire l’histoire n’aient jamais foulé la même terre que moi. C’est là toute la magie des récits du maître Blondel (alors même qu’ils sont profondément réalistes) : nous faire croire que tout ceci est réel, ou qu’au moins une partie de ces vies de papier sont ancrées dans notre monde, comme un fil tendu entre deux univers. 

Maintenant que je me suis lâchée sur le talent de cet auteur en général, revenons en à notre groupe. Il y a en tout douze personnages, dix élèves, deux profs. J’ai aimé les voir se comprendre les uns les autres, les élèves considèrent leur deux profs sous un angle nouveau, celui de « il y a un vrai humain avec une vrai vie derrière mes enseignants » et la même chose se passe en sens inverse. J’ai aimé ne découvrir que des petits bouts de chacun d’eux, les voir s’ouvrir et s’épanouir. J’ai même aimé ne pas en avoir assez car ce roman fait à peine plus de cent pages. J’ai aimé cette galerie de personnages éclectiques avec leurs désirs et leurs envies propres. Et surtout j’ai aimé les découvrir à travers des exercices d’écriture parfois inattendus mais qui donnent un aperçu singulier de chacun d’entre eux.

Jean-Philippe Blondel nous offre un vrai numéro de change-peau en se glissant tour à tour dans la peau d’une enseignante fragile, d’un ado qui a la peur de décevoir chevillé au corps, d’un ado qui s’est toujours caché derrière des apparences trompeuses, une ado qui cache ses faiblesse en se maquillant avec une grande gueule, une ado qui aime comme on aime a cet age, etc. Chacun à un style et un imaginaire différent, l’auteur se fait caméléon mais au final c’est sur son avatar, le prof d’anglais, qu’on en apprend le moins. Il reste très mystérieux. Si j’étais tatillonne je pourrais reprocher à l’auteur l’excellence de ses élèves qui ont tous les dix un niveau d’écriture trop génial pour ne pas être suspect mais finalement je suis simplement conquise par tout ces visages et toutes ces plumes alors je ne m’en plaindrai pas.

C’est un très beau roman, atypique certes, difficile à résumer, mais qui nous enlace de la qualité de sa/ses plume(s). Cette cacophonie d’extraits et de personnages crée une harmonie surprenante pour un roman fabuleux que je vous recommande.

Qui connait cet auteur? Avez vous lu un de ses livres? Celui là en particulier?

Si vous voulez découvrir d’autres romans de cet auteur j’ai aussi chroniqué La Coloc et Un Hiver à Paris!

Sur ce je vous dis arrivederci!

9 réflexions sur “Le Groupe de Jean-Philippe Blondel

  1. J’ai lu Le groupe (c’est le premier, et pour le moment le seul, livre que j’ai lu de Mr.Blondel) et je ne l’ai pas du tout aimé, justement pour les raisons qui ont fait que tu l’as adoré!
    Personnellement, j’aime, au contraire, savoir/voir la nuance/la limite entre réalité et fiction. Ne pas savoir me perturbe trop et m’empêche de profiter de ma lecture et de m’accrocher aux personnages.
    Un peu dingo mais c’est bien la preuve que tous les goûts et les couleurs sont dans la nature et que ça ne se discute pas!!! 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s