Le Premier qui pleure a perdu d’Alexie Sherman

Il y a des livres dont le titre me parle de manière très personnelle et avec Le premier qui pleure a perdu je me suis sentie de suite attirée, une recommandation de libraire plus tard et le roman de Sherman Alexie était dans mon sac à livre! Je vous avoue qu’avec un titre pareil je m’attendais à être la première à perdre et à pleurer comme un crocodile mais finalement non, je n’ai pas été remuée autant qu’escomptée mais ce fut quand même une très chouette lecture! Ce livre nous raconte la vie de Junior, il est Indien et vit avec sa famille dans une réserve, malheureusement pour lui son physique n’a jamais été son plus grand avantage et il est plutôt porté sur le cérébral. Il a vite compris que dans la réserve il n’aurait aucun avenir et lui il veut vivre. Il décide alors d’aller au collège « des blancs » mais là bas il n’est rien et dans la réserve il devient un paria qui renie ses origines…

Si le roman a bien une force c’est son jeune narrateur Junior, on le suit dans sa vie de tous les jours à travers son journal intime. Il est plein d’humour mais surtout il porte un regard très juste et riche sur la réserve et ses origines. Loin de rejeter ses racines comme tout le monde le lui reproche, il est simplement très lucide sur la vie des indiens de réserve, mais il n’est pas cynique pour autant il a même une vision des choses qui l’entoure assez touchante dans sa simplicité et sa justesse. Il nous emmène au cœur de sa vie en toute simplicité, sans chichis ni prétention. En plus son journal est agrémenté de ses dessins plein d’humour et parfois de gravité qui reflètent ses états d’esprit et sa vision du monde de manière encore plus réaliste.

Moi qui suis passionnée de découvertes à propos des Indiens d’Amérique depuis que j’ai rencontré l’auteur Joseph Boyden, j’ai été ravie de lire ce livre et de voir ce monde vu par un adolescent. C’est un point de vue assez différent mais aussi complémentaire d’autres romans que j’ai pu lire sur le sujet. Junior est fier de ses origines, mais ce n’est pas pour autant qu’il reste coincé dans un passé qui n’a plus lieu d’être. Finalement ce qui l’intéresse lui, c’est de vivre sa vie tout en prenant en compte son bagage culturel d’Indien! 

Le premier qui pleure a perdu aborde plein de thèmes hyper durs : l’alcoolisme, la famille, la violence, l’exclusion, la différence, l’errance, la mort, … et réussi pourtant à rester hyper accessible et pas dramatique pour un sou! Pour moi qui suis une pleureuse notoire, je n’ai pas versé de sanglot (une petite larmichette à l’occasion mais pas plus) ce qui relève du miracle vu les sujets abordés! C’est un petit roman rempli d’espoir, avec un héros qui va toujours de l’avant malgré la dureté de sa vie et qui mine de rien nous donne une belle leçon de vie avec une plume légère, réaliste et accessible, qui transmet beaucoup sans en faire des tonnes!

Je n’ai peut être pas été touchée autant que je l’aurais aimé mais j’ai quand même passé un super moment de lecture et Le premier qui pleure a perdu est idéal pour découvrir une autre culture et une autre vision des Indiens d’Amérique, c’est un livre que je recommanderai autant aux ados, dès 12 ans, qu’aux plus grands!

Et vous, vous connaissiez? Si vous avez des conseils de lecture sur les indiens d’Amérique, récit du passé ou du présent, réaliste ou mystique, je suis preneuse! C’est un sujet qui m’intéresse énormément!

Sur ce, des bisous et à bientôt!

Publicités

4 réflexions sur “Le Premier qui pleure a perdu d’Alexie Sherman

  1. Je vois de plus en plus passer des livres jeunesse traitant des minorités sociales (sur ton blog :p) et je trouve ça tellement bien pour les jeunes avant tout ! Grâce à cette diversité dans les livres, cela évite de se construire une image unique de l’individu (une seule case, la meilleure) et surtout de ne pas se sentir seul lorsqu’ils en font parti. Je ne peux qu’adhérer totalement ! et en plus s’ils sont bons….!

    Aimé par 1 personne

    • Ouah trop bien ! J’avais jamais percuté que mon blog faisait une promotion particulière de la diversité et des minorités mais si c’est le cas c’est trop génial 😄 Et je suis totalement d’accord avec toi, la diversité des représentations en littérature est un très beau service à rendre aux jeunes et au monde pour l’acceptation de tous!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s