[Film] Boulevard

027650.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Salut, salut! Je profite de mes vacances pour faire tout ce que j’aime : lire bien sûr mais aussi aller au cinéma. J’ai donc eu l’occasion d’aller voir Boulevard. Et petit plaisir de cinéphile : j’ai eu la salle pour moi toute seule, ce qui ne m’étais jamais arrivé depuis que j’habite à Clermont-Ferrand! Et pourtant j’ai testé tous les horaires ou personne ne va, tôt le matin, tard le soir, en plein milieu de la journée, tous les jours de la semaine, mais finalement j’aurais eu ma séance privée un mardi soir! Je n’avais pas entendu parler de ce film jusqu’à il y a peu, mais la bande annonce a fini par m’intriguer et l’histoire avait l’air très touchante. Nolan a soixante ans, il a un bon job dans une banque, une femme aimante mais sa vie n’a pas de sens.  Sa rencontre avec Léo va lui permettre de réaliser qu’il s’est menti à lui même toute sa vie.

Le duo principal de ce film est composé par Nolan et Léo. J’ai eu un peu (beaucoup) de mal avec Nolan. Il est terne dans sa vie (pas l’acteur, le personnage) et surtout sa relation avec Léo est très très étrange, voire dérangeante. Et pourtant il véhicule de la gentillesse, comme un papy gâteau un peu perdu mais qui n’est pas méchant. Le problème c’est qu’on ne comprend pas vraiment ses intentions, sont elles réellement tordues ou est-ce de la pure gentillesse? Globalement c’est un personnage qui m’a mis360213.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx mal à l’aise. Par contre j’ai adoré Léo. Il a tout ce que j’aime : c’est une âme égarée, un destin brisé. Roberto Aguire lui donne une grâce, une fraîcheur et une fragilité qui m’ont émue, parfois jusqu’aux larmes. En fait j’aurais préféré que le film se fasse de son point de vue. Et pour l’anecdote je savais que je connaissais cet acteur mais impossible de savoir où je l’avais vu et comme je déteste me creuser les méninges sans trouver de réponses, j’ai demandé à mon ami google : il joue le petit ami d’Aria dans la dernière saison de Pretty Little Liar, bonjour le changement de registre, j’ai compris pourquoi je n’arrivais pas à retrouver le lien!

215270.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Ce film m’a beaucoup dérangé car le propos est bien plus tordu que la bande annonce ne le laisse croire. Je trouve souvent que les bandes-annonces en disent trop, mais là je crois qu’il n’y en a pas assez. Pour ne pas choquer, un nœud central de l’intrigue n’est pas abordé mais Boulevard n’est clairement pas fait pour tout le monde, ce n’est pas que de la bonté qui fait agir Nolan comme le laisse croire la BA. En fait ce film est parfois à la limite du dégouttant et pourtant il recèle une certaine douceur et même de la poésie. On ne sait pas où est la limite entre la gentillesse et la perversion car ce film traite aussi de prostitution masculine. C’est ce qui est le plus désarmant en tant que spectateur, je ne savais pas vraiment où me mettre. Et ce qui me gêne aussi dans tout ça c’est que Nolan se « réveille » après soixante ans d’existence. Je trouve ça affreusement triste. 594441.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxJe pense que je me haïrai si je me réveillais à soixante ans passé en réalisant que j’ai passé ma vie à rentrer dans un moule sans être moi. Je préfère encore cramer la vie par tous les coins, vivre pleinement et mourir à 27 ans qu’être coincée toute mon existence dans un cadre aseptisé et préconçu par d’autres. D’ailleurs je suis dans une période où je me pose beaucoup (trop) de questions sur le sens de la vie et pour ça ce film m’a foutu une claque. D’ailleurs c’est parfois fatiguant de se poser toute ces questions mais en même temps j’en ai besoin pour avancer et de toute manière je ne peux pas mettre mon cerveau sur « pause » (ce n’est pas faute d’avoir essayé pourtant!). Il est hors de questions que je vive encore 60 ans si ma vie n’a aucun sens, donc c’est à moi de me battre pour ne pas finir comme Nolan. Cette idée est renforcée par les plans en lumière tremblotante qui m’ont donné l’impression que Nolan était en fin de vie et qu’il clignotait comme une ampoule sur le point de s’éteindre. Et pourtant avec le contre exemple de Léo le film nous fait comprendre que c’est bien beau de vouloir vivre sa vie mais parfois on en a tout simplement pas l’occasion, ou la vie nous oblige à faire des choix durs. Et même si j’aurais aimé en savoir bien plus sur Léo ce n’est peut-être pas si mal qu’il garde une aura de mystère.

591315.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Je suis un peu partie en cacahuète pour cette chronique avec des réflexions plus personnelles  car c’est un très beau film, qui m’a énormément fait réfléchir, mais qui m’a aussi beaucoup dérangé. Si Nolan avait été plus jeune j’aurais mieux pris le message « on peut commencer sa vie n’importe quand » car même si c’est vrai, le réaliser à seulement 60 ans c’est triste. Et en rentrant chez moi j’étais un peu déprimée. Mais en y repensant après coup, je pense vraiment que c’est un beau film, un peu dur mais aussi doux. Et le personnage de Léo m’a vraiment touché. Je ne sais pas trop si je veux vous recommander ce film ou pas car je pense ça ne dépend vraiment que de vous. Ce n’est pas un film que tout le monde aime ou déteste : je pense que ça dépend vraiment de chaque individu.

Et vous? Vous l’avez vu? Vous aimeriez le voir? Au cinéma vous préférez vous torturer les méninges?

Bon film!

Publicités

6 réflexions sur “[Film] Boulevard

  1. Pingback: Bilan de Mai | La tête en claire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s