La Gloire de mon Père & Le Château de ma Mère de Marcel Pagnol

l057a l057b

Salut mes chasseurs de livres! Ce n’est pas parce que je suis en vacances que je ne lis plus aucun classique et j’avais justement dans ma PAL décadente La Gloire de mon Père & Le Château de ma Mère que ma grand-mère m’a prêté. Comme tous les enfants j’ai du faire plusieurs dizaines de dictées tirées de ces deux premiers tomes des Souvenirs d’Enfance de Marcel Pagnol et je voulais redécouvrir ces livres en ayant laissé loin derrière moi les souvenirs traumatisants des dictées. Parce que je n’étais pas très douée en dictée. Voir franchement nulle. L’orthographe et moi on a eu pas mal de boulot à faire ensemble pour réussir à s’entendre et encore aujourd’hui je garde des séquelles et il m’arrive de faire des fautes assez moches! (Mea Culpa pour toute les fois où j’en laisse traîner dans mes articles!). Sinon, j’ai découvert après recherche que cette biographie est romancée et qu’elle comporte quatre tomes même si je pense que les deux premiers sont les plus connus. On peut considérer ces deux romans comme « jeunesse » mais ils ne s’en lisent pas moins très bien à l’âge adulte.

Le jeune Marcel est plutôt attachant et ayant moi même grandit à la campagne, je me suis parfois retrouvée à travers lui. Comme tout enfant normalement constitué il a des désirs, il fait des caprices et des bêtises. Et c’est assez charmant! Son petit frère est déjà moins mignon et même plutôt cruel pour un bout de chou. Les parents sont assez présent et j’ai apprécié le regard d’enfant qui est porté sur eux. L’ensemble de la famille forme presque une tribu, où chacun à sa place et son rôle. 

Sans titretgfbt

Si la plume est assez fluide et plaisante, le récit à quand même quelques lourdeurs et les passages interminables sur les parties de chasse commençaient à me sortir par les trous de nez! Bon OK, je ne suis pas toujours patiente, surtout qu’en ce moment je lis beaucoup donc j’ai du mal a me satisfaire d’un livre bien mais sans plus. Parce que globalement c’est le sentiment que j’ai eu en lisant ces livres, ils sont plutôt sympas, j’étais contente de les découvrir mais ils ne me laisseront pas vraiment une trace indélébile. J’ai aussi été gênée par l’aspect autobiographie romancée, l’important pour moi dans l’autobiographie c’est le sentiment de véracité, d’honnêteté. Ici on a plus l’impression de voir comment Marcel Pagnol adulte réinterprète sa vie d’enfant, comme s’il se mentait à lui même.

Sans titre

Au final, j’aurais lu au moins une fois un écrit de Marcel Pagnol et j’en suis contente. Je connaissais Marius et Fanny par l’adaptation de Daniel Auteuil mais je n’ai jamais lu les pièces originales. Soit dit en passant je suis fan de ces deux films. Même si la critique n’a pas été tendre avec ce couple d’amoureux à l’accent chantant, j’ai adoré et je suis super déçue que César ne soit pas porté à l’écran. Donc très cher Daniel Auteuil, je suis certaine que vous ne lirez jamais ces quelques mots mais si le hasard vous amène quand même sur mon petit blog sachez que j’aimerai beaucoup, beaucoup, beaucoup voir la conclusion de cette adaptation au cinéma! Oui je sais l’espoir fait vivre. 

Et vous que pensez vous de ces deux livres? N’hésitez pas à me faire part de votre avis!

Bonne lecture!

Publicités

10 réflexions sur “La Gloire de mon Père & Le Château de ma Mère de Marcel Pagnol

  1. J’ai lu les deux livres il y a quelques semaines et j’ai exactement le même sentiment que toi ! L’ensemble est plutôt touchant grâce au point de vue de l’enfant, mais je n’y ai pas trouvé de véritable intérêt (et les parties de chasse j’en pouvais plus non plus !). Je pense quand même lire la suite pour voir !

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Bilan de Mai | La tête en claire

  3. Alors naturellement je ne les ai pas lu, mais j’ai été biberonnée aux adaptations avec les films d’Yves Robert (et la musique de Vladimir Cosma <3). C'est marrant parce que quand j'étais gosse, ça ne me touchait pas plus que ça, alors qu'en les regardant à l'âge adulte, la nostalgie qui t'envahit sur l'enfance perdue etc., c'est assez bouleversant. Je me souviendrais toujours je crois de cette phrase (dans Le Château de ma mère il me semble) "Telle est la vie des hommes. Quelques joies très vite effacées par des inoubliables chagrins. Il n'est pas nécessaire de le dire aux enfants". J'en ai encore des frissons.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s