Je suis qui je suis de Catherine Grive

tumblr_o6ibbmjtaj1t0vz51o1_400

Salut mes chasseurs de livres! Hier soir, sur un coup de tête j’ai cessé toutes mes activités et je me suis mise à lire Je suis qui je suis de Catherine Grive. C’est la chronique d’Arcanes Ouvertes qui a déclenché cette subite envie, le livre était dans ma PAL mais je ne pensais pas le lire dans un futur proche, et grâce à ce choix express il y est resté moins d’un mois et a été englouti en une heure. Finalement grand bien m’a pris de lire ce livre car je l’ai adoré!  Encore une fois les éditions du Rouergue ont eu une grande idée en publiant ce texte, la collection DoAdo est un vrai trésor rempli de textes intelligents et vrais. Raph’ est en vacances pour l’été et s’ennuie ferme à Paris, car cette année pas de départ à la mer en famille. Raph’ doit affronter la longueur de l’été, la solitude mais surtout la profondeur de ce sentiment d’inconfort au fond de son corps. 

Au cœur de ce roman il y a la question du genre : sur les quelques 120 pages du livres on ignore pendant près de 50 pages si Raph’ est une fille ou un garçon, pas un seul accord traître, Catherine Grive a su maîtriser les mots de main de maître pour laisser planer le mystère et c’est brillant! Je vais donc tout faire pour ne pas briser ce mystère! Raph’ est un personnage unique est surtout attachant. On ne découvre pas de suite son âge et ainsi j’ai pu me projeter dessus, faire de nombreux parallèles avec ses questions. Quand on est ado on se pose toujours beaucoup de questions, et parfois on a peur de s’en poser trop, de ne pas être normal. Mais pour garder le mystère je ne vous parlerai pas plus de Raph’.

L’auteure traite avec une justesse folle du thème de l’adolescence. La découverte et l’acceptation de soi, de son corps, de sa famille et aussi les rencontres de l’amitié qui peuvent tout changer. La plume de Catherine Grive est vraie. Et surtout j’ai été touchée par ses mots sur le « chagrin », ce mot un peu bizarre qui sonne comme un petit bobo mais peut finir par creuser un trou :

« Avoir un chagrin, c’est quoi?

C’est faire semblant de sourire sans en avoir envie.

C’est ne pas vouloir rester seul et ne pas vouloir être avec les autres.

C’est manger son truc préféré et ne lui trouver aucun goût.

C’est apprendre à la radio que l’on passe vingt-quatre ans de sa vie dans son lit et trouver que c’est une bonne nouvelle.

C’est ne pas écouter ou mal, comprendre après tout le monde.

C’est jouer à cache-cache sans savoir ce qu’on cherche.

C’est quoi encore?…

C’est vouloir dire quelque chose sans savoir ni quoi, ni à qui. »

Je suppose que tout le monde a des phases où on se sent triste sans comprendre pourquoi, sans comprendre comment sortir de ce chagrin. On aimerai bien être heureux, mais voilà, il y a un problème qui nous ronge, sans qu’on connaisse son visage. Raph’ en est exactement à ce moment de son existence, et je trouve que son cheminement vers la suite, sa suite, est décrit avec ce je ne sais quoi d’universel et vrai qui me touche.

jsqjs2

Au final j’ai adoré ce livre mais je n’ai pas envie de vous en dire trop car ce livre doit être découvert sans trop de préavis, juste ce qu’il faut! Ce n’est pas tout à fait un coup de cœur car l’auteure aurait pu aller plus loin dans sa conclusion, mais j’ai quand même adoré la fin qu’elle donne à son livre. Une très belle lecture, que je vous recommande sans hésiter!

Et vous? Quel est votre avis?

Bonne lecture!

Publicités

5 réflexions sur “Je suis qui je suis de Catherine Grive

  1. Pingback: Bilan de Mai | La tête en claire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s