Rencontre avec Soazig Le Bail des éditions Thierry Magnier

etm-logo1

Bonjour ! Pour cette fois, je change un peu mes habitudes de chronique et je partage avec vous ma rencontre avec Soazig Le Bail qui est éditrice chez Thierry Magnier. Comme vous le savez peut-être, je suis en licence de lettres modernes et ma spécialité est « éditions et littératures de jeunesse ». Mon université a donc organisé ce semestre plusieurs rencontres avec des professionnels de l’édition. Pour moi le monde des livres est encore un grand mystère car il est très vaste et il me reste beaucoup à découvrir. Je vous retranscris cette rencontre en espérant qu’elle vous plaira autant qu’à moi ! 

Bonjour Soazig Le Bail, pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre parcours ?

Bonjour ! Eh bien je suis éditrice depuis maintenant plus de dix ans pour les éditions Thierry Magnier. Avant d’être éditrice j’ai étudié la linguistique, puis je suis devenue correctrice. Cette partie de ma formation m’a permis de rentrer dans le monde de l’édition, j’ai travaillé entre autres à l’atelier du père Castor chez Flammarion et j’ai finalement rejoint Thierry Magnier en 2001.

Et c’est justement là que vous intervenez, non?

Exactement! Thierry et moi nous connaissions déjà avant. En 2001 il m’a proposé de travailler avec lui pour développer les collections de romans. Quand je suis arrivée une dizaine de titres avaient déjà été publiés, depuis j’ai crée de nouvelles collections telles que les Nouvelles ou les Petites Poches. Publier de la littérature étrangère me paraissait également incontournable, un enfant vit dans le monde : proposons lui des textes de littérature du monde.

Et comment fonctionne l’équipe dans laquelle vous travaillez ?

Dans notre équipe nous sommes deux éditrices, Camille Gautier s’occupe des albums et moi des romans, nous avons une secrétaire d’édition qui nous aide toutes les deux. Il y a aussi une directrice artistique qui s’occupe du graphisme. Sinon, depuis quelques années maintenant, les éditions Thierry Magnier ont été rachetées par Actes Sud dont Thierry est devenu directeur du secteur  jeunesse qui réunit Actes Sud Junior, Hélium éditons, le Rouergue jeunesse et bien sûr les éditions Thierry Magnier.

Comment définiriez-vous la ligne éditoriale créée par votre équipe?

Une maison d’édition est avant tout  à l’image des gens qui la composent, j’ai apporté ma vision de la littérature à Thierry Magnier et celui ou celle qui viendra après moi modifiera les publications à son image.

Vous êtes chargée des romans, que pouvez-vous nous dire sur cette partie de la production?

opecc81ration

Note catalogue est maintenant assez important, il dépasse les cinq cent titres, nous éditons chaque année entre soixante et quatre-vingt  livres, dont une moitié de romans et l’autre d’albums. Cette année nous avons repensé notre collection Petite Poche, c’est une collection de romans courts en quarante-huit pages et quinze mille signes maximum destinés principalement aux lecteurs débutants, mais nous nous sommes rendu compte que ces lecteurs pouvaient avoir huit ans comme quinze ou plus. Par exemple nos Petites Poches sont utilisés dans les filières de français langue étrangère car les groupe de sens ne sont jamais séparés et la mise en page est conçue comme une aide invisible à la lecture. Pour cette collection nous avons aussi repensé les graphismes de couverture pour les rendre plus attirants et dynamiques, avec des points de couleurs vives. Nous avons aussi conçu un site dédié à la collection www.petitepoche.fr , qui présente cette ligne de romans et propose des contenus éducatifs et des fiches pédagogiques pour certains titres.

Que pensez-vous du développement de la littérature jeunesse au cours des dernières années ?

De nombreux éditeurs ont compris que la littérature jeunesse était un modèle éditorial en pleine expansion, et de grandes maisons d’éditions se sont alors lancées dans l’aventure avec des moyens financiers importants. Et depuis le phénomène Harry Potter, tout le monde espère retrouver un tel succès comme le montre l’engouement autour des séries comme Hunger Games ou d’autres. Mais tous les bons livres jeunesse ne sont pas forcément d’origine anglophone, la production française de livres  pour les jeunes est mondialement reconnue, chaque année les stands français créent l’événement à la foire du livre de jeunesse de Bologne en Italie.

Et selon vous, qu’est ce qui ressort de manière particulière dans votre production ?

Je pense à Des Filles et des Garçons qui traite du sexisme chez les jeunes, que nous avons crée en partenariat avec l’association Ni Putes Ni Soumises. Sinon nous avons aussi cherché à développer des formes qui sont moins diffusées en France, notamment les nouvelles, pour lesquelles il n’existe pas ou peu de collections dédiées. Notre collection Nouvelles abrite maintenant plusieurs titres. Les auteurs aiment beaucoup écrire des nouvelles et nous recevons de plus en plus de textes pour cette collection. Par exemple, nous avons publié Nouvelles Vertes qui rassemble des textes autour du thème de l’écologie.

41X6W1WMP1L._SX268_BO1,204,203,200_   9782844203779

Et du coté des adultes que proposez vous ?

J’essaie de publier au moins une fois par an un essai destiné aux adultes mais qui a souvent trait à la littérature jeunesse comme Qui a peur de la littérature ado ? d’Annie Rolland ou encore Quel Genre ? de Delphine Détrez qui traite de la théorie des genres. Nous proposons aussi quelques romans pour adultes.

65535254   9782364746589

Et pour finir quels sont les livres dont vous avez particulièrement envie de nous parler ?

001951874Il y en a trop pour parler de tous, et certains qui mériteraient d’être plus connus restent dans l’anonymat ! Mais Mikaël Ollivier fait partie des auteurs qui sont les plus fidèles aux éditions Thierry Magnier, son roman La Vie, en Gros, a très bien marché tout comme Frères de Sang qui a été adapté à l’écran. Mathis aussi fait partie de nos auteurs emblématiques grâce à sa collection d’albums Boris, dont le héros est à l’image de nos publications, c’est un enfant capricieux, parfois mal élevé mais tendre, un enfant normal en somme!

gros      9782844204349

Et voilà c’est tout pour cet échange, personnellement j’ai vraiment apprécié cette rencontre qui m’a enfin permis de mieux comprendre le monde de l’édition et sa complexité. Je vous avoue que Soazig Le Bail m’a donné envie d’acheter pas mal de titres, surtout les deux essais dont elle a parlé. J’ai déjà acheté trois titres de la collection Petite Poche dont j’espère vous parler bientôt ! Comme vous l’avez peut-être déjà vu j’ai chroniqué Pourquôôââ de Voutch qui est publié chez eux.  J’espère que mon article sur cette rencontre vous à plu, d’autres sont à venir pour bientôt !

51Kw4AaRcCL._SY495_BO1,204,203,200_

N’hésitez pas à me laisser votre avis !

Bonnes lectures !

Publicités

11 réflexions sur “Rencontre avec Soazig Le Bail des éditions Thierry Magnier

  1. Pingback: Le bébé et le hérisson de Mathis | marcelpois

  2. Pingback: La tête en claire

  3. Finally ! Tu as pu posté l’article !
    Moi aussi certains livres m’ont l’air intéressants. Tu feras des articles sur les livres de la collection Petite Poche ? j’aimerais bien avoir un avis dessus avant de les acheter =)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s