La femme au tableau

La-Femme-au-Tableau-Affiche-France

Il y a quelque jour je suis allée voir La Femme au Tableau. J’ai découvert le film par un article dans le magazine Glamour (oui il faut bien se reposer les neurones des fois, et puis il y a quand même des choses intéressantes dedans!). Au départ je ne pensais pas aller voir le film, l’affiche et le nom ne m’avaient pas spécialement accrochés donc je n’avais jamais vu la bande annonce, mais une fois découverte j’ai prié pour que le film passe dans mon petit cinéma local! C’est l’histoire de Maria Altmann, d’origine juive qui a du fuir l’Autriche avec son mari et se séparer de sa famille. Famille assez illustre, dont l’un des membres les plus connus fut Adèle Bloch Bauer (la tante de Maria) représentée par Gustave Klimt (un peintre très célèbre) dans le tableau qui fut longtemps nommé Women in gold (d’où le nom en VO du film). Hors les Bloch Bauer étant juifs les nazis ont pillés toutes les œuvres d’art que la famille possédait, dont ce fameux chef d’oeuvre. Cette peinture a fini par être exposée au musée du Belvédère à Vienne, et Maria Altmann a eu recours à un long processus judiciaire dans l’espoir de récupérer cette œuvre. J’ai beaucoup aimé ce film, il m’a fait réfléchir, en plus il traite de la seconde guerre mondiale et du génocide juif, mais d’un point de vue original : la spoliation des biens culturels. Personnellement je trouve que les deux guerres mondiales sont un sujet passionnant, une partie majeure de notre patrimoine culturel et en grand exemple des erreurs humaines.

Et voici la bande annonce pour vous donner un aperçu plus visuel.

J’ai trouvé que le film était un peu long à démarrer, la mise en place n’est pas très efficace, mais une fois lancé, quelle merveille! La Femme au Tableau a un enjeu historique mais avant tout culturel, on y croise plusieurs arts dont évidement la peinture mais aussi la musique. Car le père de Maria, Gustav Bloch Bauer, est aussi compositeur. La musique est d’ailleurs une des choses qui m’a fait adorer ce film, la bande son est juste superbe (par contre si vous êtes allergique à la musique classique vous risquez d’avoir les oreilles qui sifflent!). Pour ce qui est de la peinture j’ai découvert Gustav Klimt que je ne connaissais pas (enfin j’avais déjà vu du coin de l’œil le tableau dont il est question mais je n’en connaissais rien d’autre), et le film m’a donné envie d’en savoir plus sur l’oeuvre de ce peintre, j’espère un jour avoir l’occasion de voir ce portrait d’Adèle Bloch Bauer (il y en a deux) et même d’autres peintures de Klimt. Je vous mets une image du tableau car il est sublime!

portrait-of-adele-bloch-bauer-i(1)

Par contre bizarrement je me suis plus accrochée à l’histoire qu’aux personnages, et ce dans les deux sens, j’ai adoré la globalité du film mais je n’ai pas ressentit d’affinité réellement forte avec les personnage et j’ai été fascinée par le contexte historique et tout ce qu’il a remué en moi, je me suis sentie plus touchée par les personnages des scènes du passé que ceux du présent (des fois j’ai l’impression que j’aurai du naître avant, pas vous?), souvent le passé m’émeut plus (OK cette forme du verbe émouvoir est très bizarre mais c’est le mot que je voulais). Je vais commencer par vous parler des personnages du présent comme ça je finirai par mes préférés! Donc les deux personnages principaux sont Maria Altmann et son neveu Randol Schoeneberg qui sera aussi son avocat. Je n’ai pas eu de ressenti très fort sur Maria car ses convictions sont très belles mais comme elle change souvent d’avis il n’y a pas de ligne forte dans ses choix ce qui est un peu déconcertant. Pour Randol je le trouve assez fade (à mon avis c’est en partie dû à l’acteur) mais j’ai adoré toutes les parties de discours judiciaires car on y trouve des émotions fortes, et les mots choisis par les scénaristes sont vraiment très justes, ils ont vraiment résonné en moi et m’ont fait réfléchir.

05904

Par contre les protagonistes du passé m’ont beaucoup plus touché, déjà ils sont beaucoup moins présents ce qui leur donne une aura de mystère très attrayante, et paradoxalement ils semblent plus étoffés comme si leur personnalités étaient plus creusées (en même temps c’est vrai que le thème de la guerre est hautement romanesque et donne un coté beaucoup plus tragique).  J’ai adoré la tante de Maria, Adèle Bloch Bauer, je l’ai trouvé si gracieuse, on dirait un personnage tout droit sorti d’un roman, l’archétype de la femme mystérieuse et forte!  Ce n’est pas pour rien que dans le film ils la surnomment la Joconde de l’Autriche! (Enfin du moins le tableau). Ensuite les deux autres personnages du passé dont j’ai envie de vous parler sont Maria Altmann jeune et son mari Fritz Altmann (qui est lui aussi lié à la musique puisqu’il était chanteur d’opéra). Le film montre leur fuite vers la Suisse puis les Etats-Unis, et je pense que pour les besoins du film c’est un peu retravaillé par rapport à la réalité mais le fait qu’ils soient jeunes et à peine mariés me les as rendu très sympathiques, toutes le horreurs qu’ils ont vu et vécu, ça forge une personne, en plus j’adore Max Irons qui joue le mari de Maria, même s’il ne parle pas beaucoup j’ai apprécié son personnage.

La-femme-au-tableau3Femme-au-tableau-C-610x405

Le film joue donc sur deux tableaux (OK mauvais jeu de mots), au présent on suit l’affaire judiciaire et à mon étonnement je m’y suis bien accrochée, le sujet semble pourtant difficile à traiter mais on découvre toute la complexité de la loi et de ses procédures ! Le film crée une résonance avec le passé, des flashbacks assez soudains créent une irruption du passé dans le présent, du coup les changements brutaux de temps m’ont fait ressentir la violence de ce passé si envahissant, alors que Maria voudrai parfois pouvoir laisser le passé derrière elle, pour vivre son présent. Ces échos passé/présent soulèvent plusieurs questions, d’abord la question du pardon et de la responsabilité, certains veulent faire porter la culpabilité des actes nazis à toute l’Allemagne (d’où le grand cliché des superproductions américaine : le méchant doit être allemand et avoir un accent bien exagéré), je trouve ça assez ignoble de faire porter aux descendants les actes de leurs ancêtres ou même à toute une nation les crimes d’une petite minorité qui a le pouvoir absolu. Et puis jusqu’où peut aller le pardon, toute grande que soit notre âme est-il possible de tout pardonner ? Et à qui pardonner ? Ceux qui obéissent ? Ceux qui donnent les ordres ? Peut-on pardonner la folie des Hommes ? Pour moi ce sont des questions quasi philosophiques et je serais incapable de donner une réponse nette mais je suis heureuse que le film m’y ai fait penser. Ensuite le film nous parle aussi de l’importance du patrimoine culturel et de l’art, qui est vraiment une des plus grandes sources de savoir au même titre que les traces écrites, en plus chaque toile porte une histoire qui lui est propre, chargée d’émotions, je pense que si je vois un jour ce tableau, je le verrai bien différemment que si je l’avais vu avant de voir le film, connaître l’histoire d’une œuvre c’est avoir le pouvoir de voir au delà de la simple apparence non ? En tout cas ce que j’ai adoré dans ce film c’est le mélange des histoires, car la grande Histoire (ici la persécution des juifs sous le régime nazi) est composée de milliers de petites histoires, celle de chaque individus hors l’Histoire n’existerai pas sans les histoires.

639757787_oUn autre tableau de Klimt pour les curieux!

Au final le film soulève surtout la difficulté pour nous qui vivons dans un présent plutôt apaisé (du moins en France) de comprendre ce qui s’est réellement passé, on ne pourra jamais envisager l’horreur dans tous ses détails car nous ne l’avons pas vécue mais nous pouvons tenter de comprendre dans la mesure de notre possible. Et le plus fou c’est que cette histoire et réelle ce n’est pas que de la fiction et cela rend le film vraiment poignant, se dire que tout cela a vraiment existé c’est presque douloureux car c’est différent d’un drame fictif et la complexité du monde et de l’Histoire est probablement une énigme sans fin !

J’ai donc adoré ce film et je le recommande à tout le monde ! J’ai encore plus apprécié ce qui était lié au passé et toute l’esthétique de ces scènes qui ont une touche de mélancolie parfois. Ce drame m’a donné envie d’en connaître plus sur Gustav Klimt mais aussi de découvrir d’autres destins individuels de juifs mais aussi d’allemands pendant la seconde guerre mondiale.

N’hésitez pas à me donner votre avis et si vous avez des films ou livres en tête qui parlent justement de cela n‘hésitez pas à me les conseillers !

Bon film !

(PS : Je me rend compte que mes chroniques sont de plus en plus longues donc vous pouvez aussi me dire si vous trouvez que c’est trop ou si vous aimez bien quand j’approfondi mon opinion!)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s